Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/12/2017

Je me crois autorisé à prendre la liberté de vous écrire ; l’amour de la vérité me l’ordonne.

... Also sprach Voltaire !

 ... und Zarathustra : https://www.youtube.com/watch?v=ETveS23djXM

Résultat de recherche d'images pour "amour de la vérité philosophie"

 

 

« A Louis Thiroux de Crosne

A Ferney le 30 janvier [1763 ]1

Monsieur,

Je me crois autorisé à prendre la liberté de vous écrire ; l’amour de la vérité me l’ordonne.

Pierre Calas accusé d’un fratricide, et qui en serait indubitablement coupable si son père l’eût été, demeure auprès de mes terres : je l’ai vu souvent. Je fus d’abord en défiance ; j’ai fait épier, pendant quatre mois, sa conduite et ses paroles ; elles sont de l’innocence la plus pure et de la douleur la plus vraie. Il est près d’aller à Paris, ainsi que sa mère, qui n’a pu ignorer le crime, supposé qu’il ait été commis, qui dans ce cas, en serait complice, et dont vous connaissez la candeur et la vertu.

Je dois, monsieur, avoir l’honneur de vous parler d’un fait dont les avocats n’étaient point instruits ; vous jugerez de son importance.

La servante catholique , et qui a élevé tous les enfants de Calas, est encore en Languedoc ; elle se confesse et communie tous les huit jours ; elle a été témoin que le père, la mère, les enfants, et Lavaysse, ne se quittèrent point dans le temps qu’on suppose le parricide commis. Si elle a fait un faux serment en justice pour sauver ses maîtres, elle s’en est accusée dans la confession ; on lui aurait refusé l’absolution ; elle ne communierait pas. Ce n’est pas une preuve juridique ; mais elle peut servir à fortifier toutes les autres ; et j’ai cru qu’il était de mon devoir de vous en parler.

L’affaire commence à intéresser toute l’Europe. Ou le fanatisme a rendu une famille entière coupable d’un parricide, ou il a fasciné les yeux des juges jusqu’à faire rouer un père de famille innocent ; il n’y a pas de milieu. Tout le monde s’en rapportera à vos lumières et à votre équité.

J’ai l’honneur d’être avec respect, etc.»

1 V* a écrit une lettre similaire à d'Aguesseau, qui est perdue ( voir lettre du 4 février 1763 à Damilaville , datée ici du 1er février : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/06/correspondance-annee-1763-partie-5.html

) et celle du 30 janvier 1763 à Debrus .

Écrire un commentaire