Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2018

Je n'ai jamais conçu, monsieur, comment vous vous étiez fait esclave, pouvant être libre

...

 

« A Pierre Rousseau, chez monsieur le

Comte de Turpin

Rue Garancière

à Paris

A Ferney 2è mars 1763 1

Je n'ai jamais conçu, monsieur, comment vous vous étiez fait esclave, pouvant être libre . Votre journal avait une grande réputation . Vous y auriez travaillé dans le château de Tournay, beaucoup plus facilement qu'ailleurs, étant à un pas d'une ville de commerce et pouvant établir toutes vos correspondances sans demander permission à personne . Malheureusement j'ai prêté cette habitation pour une année .

Je ne vous conseille pas d'aigrir M. le duc de Bouillon si [je] peux vous servir auprès de lui , dites-moi précisément ce que vous lui demandez . Prescrivez-moi aussi ce que je dois écrire à M. l'abbé Coyer, vous serez servi sur-le-champ .

Vous me mandâtes il y a quelque temps que je vous avais écrit à Bouillon . Cela m'étonna beaucoup . Il faut que ce soit quelqu'un qui ait pris mon nom, car il me semble qu'il y a plus de quatre mois que je ne vous ai adressé de lettre de ce pays-là . Je suis malade . Je perds la vue, mais je ne perdrai jamais ni l'envie de vous servir, ni l'estime véritable avec laquelle j'ai l'honneur d'être, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur

Volt. »

1 L'édition Lettres inédites ,1822, date à tort du 17 mars 1763 .

Écrire un commentaire