Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2018

J’embrasse tendrement mon cher frère, je m’intéresse à tous ses plaisirs ; mais le plus grand de tous, et en même temps le plus grand service, est d’éclairer les hommes

...

 

« A François Achard Joumard Tison, marquis d'Argence

11è octobre 1763

Le second livre des Macchabées, livre écrit très tard 1, et que saint Jérôme ne regarde point comme canonique, n’a rien de commun avec la loi des Juifs. Cette loi consiste dans le Décalogue, dans le Lévitique, dans le Deutéronome, et elle passe, chez les Juifs, pour avoir été écrite quinze cents ans avant le livre des Macchabées.

Vouloir conclure qu’une opinion qui se trouve dans les Macchabées était l’opinion des Juifs du temps de Moïse serait une chose aussi absurde que de conclure qu’un usage de notre temps était établi du temps de Clovis.

Il est indubitable que la loi attribuée à Moïse ne parle en aucun endroit de l’immortalité de l’âme, ni des peines et des récompenses après la mort. La secte des pharisiens n’embrassa cette doctrine que quelques années avant Jésus-Christ ; elle ne fut connue des Juifs que longtemps après Alexandre, lorsqu’ils apprirent quelque chose de la philosophie des Grecs dans Alexandrie.

Au reste, il est clair que les livres des Macchabées ne sont que des romans . L’histoire y est falsifiée à chaque page . On y rapporte un traité prétendu fait entre les Romains et les Juifs, et voici comme on fait parler le sénat de Rome dans ce traité :

Bénis soient les Romains et la nation juive sur terre et sur mer, à jamais ! et que le glaive et l’ennemi s’écartent loin d’eux ! 2

C’est le comble de la grossièreté et de la sottise de l’écrivain d’attribuer ainsi au sénat romain le style de la nation juive.

Il y a quelque chose de plus ridicule encore, c’est de prétendre que les Lacédémoniens et les Juifs venaient de la même origine 3.

Les livres des Macchabées sont remplis de ces inepties. On y reconnaît à chaque page la main d’un misérable Juif d’Alexandrie qui veut quelquefois imiter le style grec, et qui cherche toujours à faire valoir sa petite nation.

Il est vrai que, dans la relation du prétendu martyre des Macchabées, on représente la mère comme pénétrée de l’espérance d’une vie à venir 4. C’était la créance de tous les païens, excepté des épicuriens.

C’est insulter à la raison, de se servir de ce passage pour faire accroire aux esprits faibles et ignorants que l’immortalité de l’âme était énoncée dans les lois judaïques. M. Warburton, évêque de Worcester 5, a démontré, dans un très savant livre 6, que les récompenses et les peines après la vie furent un dogme inconnu aux Juifs pendant plusieurs siècles. De là on conclut évidemment que si Moïse fut instruit de cette opinion si utile à la canaille, il fut bien malavisé de n’en pas faire la base de ses lois ; et s’il n’en fut pas instruit, c’était un ignorant indigne d’être législateur.

Pour peu qu’un homme ait de sens, il doit  se rendre à la force de cet argument.

S’il veut d’ailleurs lire avec attention l’histoire des Juifs, il verra sans peine que c’est, de tous les peuples, le plus grossier le plus féroce, le plus fanatique, le plus absurde.

Il y a plus d’absurdité encore à imaginer qu’une secte née dans le sein de ce fanatisme juif est la loi de Dieu et la vérité mêmes . C’est outrager Dieu, si les hommes peuvent l’outrager.

J’espère que mon cher frère fera entendre raison à la personne que l’on a pervertie.

J’oubliais l’article de la pythonisse 7 . Cette histoire n’a rien de commun avec la créance des peines et des récompenses après la mort . Elle est d’ailleurs postérieure à Moïse de plus de six cents ans. Elle est empruntée des peuples voisins des Juifs, qui croyaient à la magie, et qui se vantaient de faire paraître des ombres, sans attacher à ce mot d’ombre une idée précise . On regardait les mânes comme des figures légères ressemblantes aux corps .

Enfin la pythonisse était une étrangère, une misérable devineresse . Mais, si elle croyait à l’immortalité de l’âme, elle en savait plus que tous les Juifs de ce temps-là, etc.

Je me flatte que mon cher frère saura bien faire valoir toutes ces raisons. Je l’exhorte à détruire, autant qu’il pourra, la superstition la plus infâme qui ait jamais abruti les hommes et désolé la terre.

J’embrasse tendrement mon cher frère, je m’intéresse à tous ses plaisirs ; mais le plus grand de tous, et en même temps le plus grand service, est d’éclairer les hommes ; mon cher frère en est plus capable que personne . Je lui serai bien tendrement attaché toute ma vie 8.

V. »

1 Macchabées I fut écrit en hébreu au premier siècle avant Jésus-Christ, Macchabées II en grec un peu plus tard . Les deux livres sont considérés comme apocryphes par les protestants .

2 Maccabées I, VIII, 23 .

3 Macchabées I, XII, 21 .

4 Macchabées II, VII, 23 .

5 Ou plutôt de Gloucester .

6 The Divine legation of Moses demonstrated, or the Principles of a religion deist.

7La sorcière d'Endor . Le passage, comme toute la lettre annonce encore Le Taureau blanc . Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sorci%C3%A8re_d%27Endor

et : https://ebooks-bnr.com/ebooks/pdf4/voltaire_le_taureau_blanc.pdf

8 Selon Georges Avenel, c'est ici qu'il faut placer le lettre de Noverre imprimée mal à propos à la date du 1er octobre 1760, alors qu'elle est du 11 octobre 1763 .

Écrire un commentaire