Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2018

Non sono in stato di ringraziarvj di pugno, ma per debole, che io sia posso sentire tutta la forza del volstro merito /Je ne suis pas en état de vous écrire de ma main, mais pour infirme que je sois, je puis sentir toute la force de votre mérite

... [sic] M. Mélenchon, dois-je vous plaindre, car selon un diagnostic des plus fiables et établi par des millions de spectateurs, depuis un certain temps et avec une crise de caca nerveux hier,  vous avez la grosse tête, ce que je me permets de traduire par "M. Mélenchon, vous êtes une enflure !" . Insoumis de mes deux ! "Sacré !", je te l'accorde,  tu l'es : un sacré conn...

Insoumis ridicules, qu'avez vous à cacher, quelles ordures trainent sous vos tapis, quels cadavres dans vos placards pour que vous vous opposiez à une perquisition légale ?

 Résultat de recherche d'images pour "caricature mélenchon perquisition violence"

Deux justiciables qui, de leurs perchoirs, conchient la loi . Intolérable !!

 

 

« A Lorenzo Guazzesi 1

Pisa

Ferney 18 octobre 1763 2

Sgre,

Una delle piu grandi Consolazionj che abbia ricevuto in un inferma vecchiezza che mj conduce al sepolcro p una strada assaj disastrosa, è stata La Lettura della opére, che avete volutao gentilmente donarmj . Jo non le ho ricevuto, che prochj giornj sono, benchè la vostra Lettera sia scritta del 21 aprile . Non sono in stato di ringraziarvj di pugno, ma per debole, che io sia posso sentire tutta la forza del volstro merito . L'ammirabile Ifigenia di Racine era degna di esser tradotta da voj . Ma alle altre avete fatto troppo d'onore 3. Le vostre Osservazionj 4 sono belle, istruttive, e dotte, quanto è graziosa ed amabile la vostra Poesia .

Quantunque io vegga dalle mie finestre le montagne, p cuj dovette passare Annibale, vj confesso, non so determinarmj quale strada , egli prendesse ; e dubito ancor io fortemente, che egli s'aprise la via con l'aceto 5. Me ne rapporto à voj intieramente, o sgre , che avete cosi ampia conoscenza dell' antichità .

Vj dichiaro di cuaore, che la vostra maniera di scrivere mj piace infinitamente, quanto mj sorprende la forza con cuj trattate le materie d'erudizione ed i Lumj , che ne ricavate a vantaggio delle Lettere . Vj esibisco la mia servitu, e sono con la piu perfettà stima

Sgre

Vostro Devotme Obo Sere

Voltaire

gentiluomo orde della Camera del re . 6»

 

2 La lettre a été datée de février par suite d'une lecture erronée du manuscrit .

4 Osservazioni storiche […] intorno ad alcuni fatti di Annibale, 1762

5 Le détail est donné dans la Lettera critica all'illustriss.  Sig. Dottore A. Cocchi, intorno fatti della guerra gallica cisalpina seguiti l'anno d. Roma , 1752 .

6 « Une des plus grandes consolations que j'ai reçues, dans ma vieillesse débile qui me conduit au tombeau par une voie fort misérable, a été la lecture de vos œuvres, dont vous avez aimablement voulu me faire un présent . Je ne les ai reçues qu'il y a peu de jours, quoique votre lettre soit écrite du 21 avril . Je ne suis pas en état de vous écrire de ma main, mais pour infirme que je sois, je puis sentir toute la force de votre mérite . L'admirable Iphigénie de Racine était digne d'être traduite par vous . Mais vous m'avez fait trop d'honneur . Vos observations sont belles, instructives et doctes, comme est gracieuse et aimable votre poésie . Bien que je voie de mes fenêtres les montagnes qu'avait à passer Annibal, je ne saurais déterminer quelle route il prit ; et je doute encore fortement qu'il se soit ouvert la voie avec du vinaigre . Mais je m'en rapporte entièrement à vous, monsieur, qui avez une si vaste connaissance de l'Antiquité . Je vous déclare de tout mon cœur que votre manière d’écrire me plait infiniment, autant que me surprend la vigueur avec laquelle vous traitez les matières d’érudition, et les lumières que vous retirez à l'avantage des Lettres . Je vous dis toute mon obligation, et je suis, avec la plus parfaite estime monsieur Votre très humble et très obéissant serviteur /Voltaire /gentilhomme ordinaire de la chambre du roi .

La lettre à laquelle répond V* n'est pas connue .

Écrire un commentaire