Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2020

Le scélérat ajoutait que les dogmes avaient amené la discorde sur la terre, et que la morale amenait la paix . Je vous avoue que j'eus peine à me contenir en entendant ces blasphèmes. Un homme aussi intolérant que moi ne souffre pas une telle hardiesse

... J'adore l'humour de M. de Voltaire .

 

 

« A Élie Bertrand

Premier pasteur de l’Église

française, membre de plusieurs académies

à Berne

21è novembre 1764 à Ferney

Mon cher philosophe, vous êtes un homme charmant, un bon ami, un philosophe véritable . L’article dont vous me parlez était d'un fripon, d'un délateur, et non pas d'un nouvelliste . Depuis quand est-il permis d’accuser les particuliers, de son autorité privée, dans les papiers publics ? Un tel abus est punissable .

Je n'ai nul commerce avec les auteurs de l'ouvrage dont vous me parlez, mais quels qu'ils soient, ils seront pénétrés pour vous de reconnaissance . Présentez mes respects je vous en prie , à MM. les comtes de Mnized 1.

J'ai l’honneur de faire réponse à monsieur le banneret 2, qui a eu la bonté de m'écrire .

Il vint dîner hier un damné avec moi, qui me soutint que la morale était une chose divine, et que la Somme de Saint Thomas était ridicule . Le scélérat ajoutait que les dogmes avaient amené la discorde sur la terre, et que la morale amenait la paix . Je vous avoue que j'eus peine à me contenir en entendant ces blasphèmes . Je n'aurais pas manqué de le déférer au consistoire de Genève, si j'avais été dans le territoire immense de cette fameuse république . Un homme aussi intolérant que moi ne souffre pas une telle hardiesse, qui serait capable, à la fin, de porter les hommes à se pardonner les uns les autres leurs sottises . Ce serait porter l'abomination de la désolation 3 dans le lieu saint . Je crains bien,monsieur, que dans le fond vous ne soyez entiché de cette horrible doctrine ; en ce cas, je romprai avec vous tout net ; cependant je vous aime de tout mon cœur .

V. »

1 Ce mot fortement biffé sur l'original a été restitué grâce à la lettre du 28 août 1764 à Bertrand : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2019/10/22/reduit-helas-a-vivre-en-sage-ne-l-ayant-pas-ete-toujours-6184841.html

2 Sans doute Freudenreich, mais la lettre ne nous est pas parvenue .

3 Expression qui vient de Daniel, IX, 27 : https://www.aelf.org/bible/Dn/9

Écrire un commentaire