Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2020

elle avait esprit, talents et belle âme . Cela n'est pas excessivement commun

... Voltaire dépeint fort bien Mam'zelle Wagnière qui nous laisse sans nouvelles depuis trop longtemps . Help !

 

 

« A Philibert-Charles-Marie Varenne de Fénille 1

à l'hôtel de La Marck rue d'Aguesseau

à Paris 2

13è janvier 1765 à Ferney

Il y a assurément, monsieur, dans vos jolis vers de quoi faire chanter un aveugle, et je vous aurais répondu sur le même ton si je n'étais affligé que des yeux ; mais ma vieille maison étant tout aussi mauvaise que mes fenêtres il n'y a pas moyen de faire des vers dans l'état où je suis . On dit que les cygnes chantent en mourant, mais je n'ai pas l'honneur d'être cygne, je ne suis qu'un vieux hibou retiré dans une chaumière au milieu des montagnes . Je vous prie de mettre ce hibou aux pieds de Mme la comtesse de La Mark, puisqu'elle a la bonté de se souvenir de moi . Je lui ai connu deux beaux yeux à qui je souhaite qu'il n'arrive jamais ce qui arrive aux miens ; elle avait esprit, talents et belle âme . Cela n'est pas excessivement commun . Adieu, monsieur,on ne peut être plus sensible que je le suis à votre souvenir .

V. »

2 L'édresse a été rectifiée : « M. Billard, rue des Deux-Ecus, à l'hôtel des Deux Ecus ».

Écrire un commentaire