Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2020

Je joins de loin mes acclamations à celles de tout Paris

... aux heureux déconfinés des départements verts  !

Consolation : il fait très beau, et si François d'Assise veut bien plaider pour moi et dire un mot aux pigeons, pies et merles, j'aurai le loisir de manger les quelques cerises restantes.

Le sermon aux oiseaux - Photo de Saint François d'Assise - images ...

 

 

 

« A Pierre-Laurent Buyrette de Belloy

6 mars 1765 1

Je suis presque entièrement aveugle, monsieur, mais j'ai encore des oreilles, et les cris de la renommée m'ont appris vos grands succès ; j'ai un cœur qui s'y intéresse . Je joins de loin mes acclamations à celles de tout Paris . Jouissez de votre bonheur, et de votre mérite . Il ne vous manque que d'être dénigré par Fréron pour mettre le comble à votre gloire . Je vous embrasse sans cérémonie, il n'en faut point faire entre confrères . 

V.»

1 Il y a plusieurs copies contemporaines dont est ici retenue la plus soignée , de l'édition Lettres, 1766 . Les Mémoires secrets signalent cette lettre à la date du 17 mars, en même temps que la réponse de Belloy . Le 4 avril 1765, envoyant une copie de la présente à Formey. , Trubler ajoute, non sans perspicacité : « Il y a encore lancé un trait à Fréron, comme il fait dans tout ce qu'il écrit . Ce n'est pas prudent : c'est donner acte et aveu à Fréron de sa sensibilité aux traits qu'il lui lance de son côté, et il vaudrait mieux feindre de les mépriser ; mais l'amour-propre de Voltaire est trop fort pour être habile . » Il faut ajouter que les critiques de Fréron sont souvent pénétrantes et frappent juste .

Écrire un commentaire