Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2020

Les uns lui conseillent de prendre les juges à partie, les autres non, et moi je ne lui conseille ni l'un ni l'autre

... Et voici l'avis de l'intéressé :

EN DIRECT - À Fresnes, Dupond-Moretti se félicite du taux d ...

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'ArgentaI

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'ArgentaI

1er avril 1765 à Ferney

Mes divins anges, je m'adresse à vous quand il faut remplir mes devoirs . M. de Belloy m'a envoyé son drame ; vous avez permis que ma première lettre passât par vos mains , je demande la même grâce pour la seconde 1. Vous m'avouerez que le petit ex-jésuite entendrait bien mal ses intérêts s'il avait de l'empressement .

J'ai eu l'honneur de vous envoyer trois feuilles d'un ouvrage qui m'est tombé entre les mains, mais comme je n'ai reçu aucun ordre de vous je n'ai pas continué les envois . Cet ouvrage pourtant, m'a paru curieux et digne de vous amuser quelques moments .

La pauvre veuve Calas n' a point encore reçu du roi de dédommagement pour la roue de son mari . Je ne sais pas au juste la valeur d'une roue, mais je crois que cela doit être cher . Les uns lui conseillent de prendre les juges à partie, les autres non, et moi je ne lui conseille ni l'un ni l'autre . Mon avis est qu'elle fasse pressentir M. le vice-chancelier et M. le contrôleur général , de peur de faire une démarche qui pourrait déplaire à la cour , et affaiblir la bonne volonté du roi .

Vous devez mes divins anges avoir reçu deux gros paquets, l'un par M. Devillars, capitaine aux gardes suisses ; l'autre par M. de Châteauvieux, autre capitaine .

Les bagatelles qu'ils renferment sont pour vous et pour M. Damilaville . J'ai envoyé tout ce que j'avais, il n'y en a plus ; on en refait d'autres ; tout le monde devient honnête de jour en jour .

Je ne sais nulle nouvelle du tripot, ni du tyran du tripot, il a un fonds d'humeur où je ne conçois rien . Mes divins anges, prenez-moi sous votre protection dans ce saint temps de Pâques, et daignez me mander je vous en conjure, si vous avez reçu les petites drôleries en question .

Toute ma petite famille se met au bout de vos ailes .

Mes divins anges, je n'entends plus parler des dîmes, cela nous inquiète un peu, maman et moi . »

Écrire un commentaire