Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2020

Lisez, jugez, arrangez-vous , et voyez ce qu'il faut que je réponde

... Eric Dupond-Moretti a-t-il consulté ainsi quelqu'un avant de rendre réponse à une offre de poste ministériel ? J'en doute, compte tenu de l'orgueil du bestiau ( ours mâtiné de pitbull , selon moi  ), grande gueule par nature et par profession .

https://www.francetvinfo.fr/politique/jean-castex/gouvernement-de-jean-castex/video-je-n-accepterai-jamais-un-truc-pareil-ca-n-est-pas-mon-metier-quand-eric-dupond-moretti-refusait-de-s-imaginer-ministre-de-la-justice_4038197.html

L'imposant ténor du barreau : Eric Dupond-Moretti ! - Dessins Miss ...

 

 

 

« A Théodore Tronchin

[mars-avril 1765]1

Je vous envoie, mon très cher Esculape, la lettre de M. le duc de La Vallière . Lisez, jugez, arrangez-vous , et voyez ce qu'il faut que je réponde . Je ne sais s'il convient à monsieur Tronchin le conseiller d’État de louer les Délices pour quelques mois .

J'ai toujours sur le cœur l'honneur que nous a fait Mme de Gourgue 2 de venir à Ferney . Mme Denis et moi nous étions très malades, et nous ne pûmes peut-être répondre comme nous le voulions aux bontés de Mme de Gourgue . Vous pouvez compter mon cher ami, que je ne passe pas un seul jour sans souffrir . Je ne peux opposer à mes maux qu'une entière résignation ; mais cette résignation ne suffit pas pour bien faire les honneurs de sa maison .

Je vous demande en grâce de vouloir bien faire ma cour à Mme de Gourgue dont je connais tout le mérite, et à la santé de laquelle je m'intéresse infiniment .

Je sais que le bâtard du chien de Diogène n'a pas dit des choses agréables de vous et de moi à Mme de Luxembourg . Esculape était peint avec un serpent à ses pieds . C'était apparemment quelque Jean-Jacques qui voulait lui mordre le talon . Il faut avouer que ce malheureux est un monstre, et cependant, s'il avait besoin de vos secours vous lui en donneriez . Quelle différence, grand Dieu, d'un Tronchin à un Jean-Jacques.

V.

Tâchez, je vous prie, de me rendre une réponse prompte chez M. Souchay, afin que je puisse satisfaire l'impatience de M. le duc de La Vallière . »

1 L'édition Cayrol place la lettre en mars 1765 ; mais le duc ne pouvait alors savoir que V* quittait les Délices . Par ailleurs , le 3 septembre 1766, V* dit à Théodore Tronchin qu'il n'a pas écrit à La Vallière depuis plus d'un an .

Écrire un commentaire