Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2020

le fanatisme de la superstition subsiste dans toute sa force, et que le seul moyen de l'écraser est de faire rendre justice

...

Une plume contre l'infâme | Philosophie Magazine

https://www.philomag.com/les-idees/une-plume-contre-linfa...

 

 

« A Henri Cathala

[vers le 23 avril 1765] 1

M. de Beaumont mande que l'affaire des Sirven est plus sûre que celle des Calas, que la cassation de la sentence de Mazamet est indubitable, suivant toutes les lois . Il exige deux pièces absolument nécessaires : 1° la copie des charges et informations sur lesquelles sont intervenus les décrets de prise de corps ; 2° l'arrêt de Toulouse qui confirme la sentence . Si monsieur Cathala a quelque liaison avec M. Jalabert, il est supplié d'engager une correspondance suivie avec M. de Beaumont directement . On aura d'ailleurs le même empressement à demander justice pour les Sirven que pour les Calas . Ces deux affaires présentées coup sur coup aux yeux de l'Europe indignée feront un effet prodigieux et forceront enfin le ministère à la tolérance que tout le public réclame . J'espère que M. Cathala et ses amis prendront les partis les plus sûrs avec la plus grande chaleur ; il est supplié d'en conférer avec M. de Végobre . Il faut surtout considérer qu'il y a encore dans le Languedoc un parti violent contre les Calas, que le fanatisme de la superstition subsiste dans toute sa force, et que le seul moyen de l'écraser est de faire rendre justice à la famille Sirven . On fait à monsieur Cathala les plus tendres compliments . »

1 Une copie de la main de Sirven était autrefois conservée dans les archives de la famille Ramond, à Castres . L'édition Camille Rabaud donne une version très abrégée et datée de juillet 1767 ; Galland donne une date qui paraît bonne et est ici conservée .

Écrire un commentaire