Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2021

malade, ne pouvant sortir, et m’amusant à me faire bâtir un petit tombeau fort propre dans mon cimetière

... Tel est l'avenir des manifestants anti-pass qui ont encore défilé aujourd'hui, comme les anti-vax , les cuistres ! Je serai curieux de savoir combien ont été contaminés et combien seront malades, et en mourront ( ne pas oublier que les traitements ne font pas  de miracles ) . Cent soixante et un mille selon la police, qui prennent le temps de semer le désordre, purement nuisibles et malfaisants , bel exemple pour les jeunes !  Ce temps aurait été plus intelligemment utilisé pour se faire vacciner et avoir ce pass-sanitaire normalement : ça vous embête de faire un peu de bien ?

Jean-Marie Bigard, grand bienfaiteur de l'humanité, anti-pass s'est vu, ô joie, dans l'incapacité de faire son show à Nice, contré par les anti-vax , ce qui n'est pas une perte pour l'art du spectacle en général, et l'humour en particulier . 

Manifestation contre le pass sanitaire à Bayonne | Euskal Herria | MEDIABASK

NB.- Petit quart d'heure de gloire ! Arrêtez de vous gargariser de formules de publicitaires de lessives . Rappel : on ne peut parler de dictature qu'en l'absence de lois limitant les abus de pouvoir .

 

 

« Au chevalier Pierre de Taulès

Ferney, 1 mai 1766

Je suis un pauvre diable de laboureur et de jardinier, possesseur de soixante-douze ans et demi, malade, ne pouvant sortir, et m’amusant à me faire bâtir un petit tombeau fort propre dans mon cimetière, mais sans aucun luxe. Je suis mort au monde. Il ne me faut qu’un De profundis.

Voilà mon état, mon cher monsieur ; ce n’est pas ma faute si Jean-Jacques Rousseau s’imagina que le docteur Tronchin et moi nous ne trouvions pas son roman d’Héloïse assez bon. Souvenez-vous bien que voilà l’unique origine des petits troubles de Genève. Souvenez-vous bien, quand vous voudrez rire, que Jean-Jacques s’étant imaginé encore que nous avions ri des baisers âcres 1, et du faux germe 2, et de la proposition de marier l’héritier du royaume à la fille du bourreau 3, s’imagina de plus que tous les Tronchin et quelques conseillers s’étaient assemblés chez moi pour faire condamner Jean-Jacques, qui ne devait être condamné qu’au ridicule et à l’oubli. Souvenez-vous bien, je vous en prie, que le colonel Pictet écrivit une belle lettre qui n’avait pas le sens commun 4, dans laquelle il accusait le Conseil d’avoir transgressé toutes les lois, de concert avec moi ; que le Conseil fit emprisonner le colonel, qui depuis a reconnu son erreur ; que les citoyens alors se plaignirent de la violation de la loi, et que tous les esprits s’aigrirent. Quand je vis toutes ces querelles, je quittai prudemment les Délices, en vertu du marché que j’avais fait avec le conseiller Mallet, qui m’avait vendu cette maison 87 000 francs, à condition qu’on me rendrait 38 000 francs quand je la quitterais.

Ayez la bonté de remarquer que pendant tout le temps que j’ai occupé les Délices, je n’ai cessé de rendre service aux Genevois. J’ai prêté de l’argent à leurs syndics ; j’ai tiré des galères un de leurs bourgeois 5; j’ai fait modérer l’amende d’un de leurs contrebandiers ; j’ai fait la fortune d’une de leurs familles 6 ; j’ai même obtenu de M. le duc de Choiseul qu’il daignât permettre que les capitaines genevois au service de la France ne fissent point de recrues à Genève, et j’ai fait cette démarche à la prière de deux conseillers qui me furent députés. Voilà les faits, et les lettres de M. le duc de Choiseul en sont la preuve. Je ne lui ai jamais demandé de grâces que pour les Genevois. Ils sont bien reconnaissants.

À la mort de M. de Montpéroux, trente citoyens vinrent me trouver pour me demander pardon d’avoir cru que j’avais engagé le Conseil à persécuter Rousseau, et pour me prier de contribuer à mettre la paix dans la République. Je les exhortai à être tranquilles. Quelques conseillers vinrent chez moi, je leur offris de dîner avec les principaux citoyens et de s’arranger gaiement. J’envoyai un mémoire à M. d’Argental pour le faire consulter par des avocats. Le mémoire fut assez sagement répondu, à mon gré. M. Hennin arriva, je lui remis la minute de la consultation des avocats, et je ne me mêlai plus de rien. Ces jours passés, les natifs vinrent me prier de raccourcir un compliment ennuyeux qu’ils voulaient faire, disaient-ils, à messieurs les médiateurs ; je pris mes ciseaux d’académicien, et je taillai leur compliment. Ils me montrèrent ensuite un mémoire qu’ils voulaient présenter ; je leur dis qu’il ne valait rien, et qu’il fallait s’adresser au Conseil.

J’ignore qui a le plus de tort, ou le Conseil, ou les bourgeois, ou les natifs. Je n’entre en aucune manière dans leurs démarches, et depuis l’arrivée de M. Hennin je n’ai pas écrit un seul mot à M. le duc de Praslin sur Genève.

À l’égard de M. Augspurger 7, j’ai tort de n’avoir pas envoyé chez lui. Mais j’ai supplié M. Sinner d'Aubigny de lui présenter mes respects. Je suis un vieux pédant dispensé de cérémonies . Mais j’en ferai tant qu’on voudra. Je vous supplie, mon cher monsieur, d’ajouter à toutes vos bontés celle de m’excuser auprès de messieurs les médiateurs suisses, et de me continuer vos bons offices auprès de monsieur l’ambassadeur. Pardonnez-moi ma longue lettre, et aimez le vieux bonhomme

Voltaire. »

4 Lettre du 22 juin 1762 de Charles Pictet : https://ge.ch/archives/16-proces-laffaire-charles-pictet-1762

Écrire un commentaire