Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2019

Vous savez qu'en France les circonstances des affaires changent presque tous les jours ; et ce qu'on pouvait hier on ne le peut demain . En général, rien n'est si difficile que de faire du bien, mais pour le mal il se fait avec une facilité merveilleuse

... That's true ! Sorry !

Image associée 

Même si tu n'as pas de Rolex

 https://www.francetvinfo.fr/societe/changement-d-heure/si...

 

 

« A Charles Manoël de Végobre, Avocat

à Genève

[Ferney 4è mars 1764] 1

Si j'ai été assez heureux, monsieur, pour tirer ce pauvre Chaumont des galères, je crains bien de ne pas réussir à rendre le même service à ses camarades . Vous savez qu'en France les circonstances des affaires changent presque tous les jours ; et ce qu'on pouvait hier on ne le peut demain . En général, rien n'est si difficile que de faire du bien, mais pour le mal il se fait avec une facilité merveilleuse . Je vous avouerai même que je désespère qu'on obtienne pour les Calas la justice entière et les dédommagements qu'on leur doit . Vous verrez vérifier ce discours qu'on tint l'année passée, il y a plus de magistrats que de Calas 2. On obtiendra la révision, les juges seront ménagés, Calas restera roué, l’affaire de Sirven sera probablement civilisée 3, mais il sera ruiné ; le meilleur des mondes possibles est plein de douleurs et de misères ; nous avons ici la plus grande dose de neige possible, et cela ne contribue pas à égayer la nature .

Je vous embrasse, monsieur, sans cérémonie avec la plus véritable amitié .

V. »

1 Manuscrit original avec mention de la date par Végobre ; l'édition Desnoiresterres est limitée aux deux premières phrases .

3 Elle passera du criminel au civil ; le mot civiliser est rarement employé dans la langue littéraire, mais on le trouve par exemple dans un factum du « sieur Rompli », un marchand persan qui avait gagné un procès contre les Fermes en 1678 . On y lit que Martinon, directeur des Fermes, complice des employés des Fermes, avait eu de la chance que son affaire eût été « civilisée ».

Écrire un commentaire