Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2021

une autre manufacture plus importante, ce serait celle de la vérité... Les grandes choses sont souvent plus faciles qu’on ne pense

... Voir d'abord France Info : https://www.francetvinfo.fr/vrai-ou-fake/

Puis se mettre à l'ouvrage sans crainte , se tromper parfois, recommencer , corriger, mais ne jamais tromper.

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

25 juillet 1766 1

Le roi de Prusse vient d’envoyer cinq cents livres à Sirven 2. Cette petite générosité, à laquelle rien ne l’engageait, m’a été d’autant plus sensible qu’il ne l'a faite qu’à ma prière, et que ce bienfait a passé par mes mains. Le mémoire du divin Élie produirait bien un autre effet. Je ne doute pas un moment que, si vous vouliez venir vous établir à Clèves, avec Platon 3 et quelques amis, on ne vous fit des conditions très avantageuses. On y établirait une imprimerie qui produirait beaucoup ; on y établirait une autre manufacture plus importante, ce serait celle de la vérité. Vos amis viendraient y vivre avec vous. Il faudrait qu’il n’y eût dans ce secret que ceux qui fonderaient la colonie. Soyez sûr qu’on quitterait tout pour vous joindre. Platon pourrait partir avec sa femme et sa fille, ou les laisser à Paris, à son choix. Soyez très sûr qu’il se ferait alors une grande révolution dans les esprits, et qu’il suffirait de deux ou trois ans pour faire une époque éternelle . Les grandes choses sont souvent plus faciles qu’on ne pense. Puisse cette idée n’être pas un beau rêve ! Il ne faut que du zèle et du courage pour la réaliser ; vous avez l’un et l’autre. J’attends votre réponse avec impatience, et je vous supplie surtout, mon cher ami, de presser Élie. Quand même on n’imprimerait qu’une centaine d’exemplaires de son factum pour Sirven, quand même les horreurs où l’on est plongé empêcheraient de poursuivre cette affaire, il en reviendrait toujours beaucoup de gloire à Élie, et une grande consolation à Sirven. Je sèche en attendant la consultation des avocats en faveur de cet infortuné, qui est mort avec plus de courage que Socrate . Nous attendons aussi les noms des juges dont la postérité doit faire justice.

Voici l’extrait d’une lettre que je viens de recevoir 4.

« Le chevalier de La Barre a soutenu les tourments et la mort sans aucune faiblesse et sans aucune ostentation. Le seul moment où il a paru ému est celui où il a vu le sieur Belleval dans la foule des spectateurs. Le peuple aurait mis Belleval en pièces, s’il n’y avait pas eu main-forte. Il y avait cinq bourreaux à l’exécution du chevalier. Il était petit-fils d’un lieutenant-général des armées, et serait devenu un excellent officier. Le cardinal Le Camus, dont il était parent, avait commis des profanations bien plus grandes, car il avait communié un cochon avec une hostie ; et il ne fut qu’exilé. Il devint ensuite cardinal, et mourut en odeur de sainteté. Son parent est mort dans les plus horribles supplices, pour avoir chanté des chansons et pour n’avoir pas ôté son chapeau. » etc.

Boursier,

chez M. Souchay, au Lion d’or

On vous recommande les deux incluses .»

1 Dans la copie contemporaine Darmstadt B. il manque la fin à partir de etc.

2 Il s'agit en fait de cent écus d’Allemagne, soit environ trois cents francs ; voir lettre du 31 juillet à Thieriot : http://www.monsieurdevoltaire.com/2015/02/correspondance-annee-1766-partie-28.html

3 Diderot .

4 Les Mémoires secrets du 6 août 1766 parlent de cette lettre, ainsi que de deux autres. Ils donnent à toutes les trois la date du 6 juillet, et les attribuent à Voltaire.(Note de Louis Moland, édition Garnier 1877)

Écrire un commentaire