Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2022

interea patitur justus /Entre temps, c'est le juste qui pâtit

... Comme d'hab !

 

« A Pierre de Buisson, chevalier de Beauteville

À Ferney, 13è janvier 1767

Monsieur,

Votre Excellence va être bien étonnée, et va prendre ceci pour une plaisanterie fort indiscrète ; mais comme je suis un peu embarrassé avec mes banquiers de Genève, tant pour leur argent de change inintelligible 1 que par leur agio trop intelligible, je suis obligé d’avoir recours à votre protection . Je suis un pauvre Scythe qui implore les bontés d’un ambassadeur persan. La lettre de change ci-jointe vous dira de quoi il est question. Si vous daignez engager M. le trésorier des Suisses à faire tenir cette lettre de change à Montbéliard, elle sera acceptée sans difficulté, et j’espère venir prendre cet argent chez monsieur le trésorier quand je serai assez heureux pour sortir de mon lit, et pour venir vous faire ma cour dans votre royaume.

Il est bien vrai que nous n’avons point eu aujourd’hui de bœuf pour faire du bouillon. Nous manquons de tout ; les Genevois mangent de bonnes poulardes de Savoie ; on s’imagine les avoir punis, et c’est nous que l’on punit. Le mal tombe surtout sur notre maison. Je prends la liberté grande de dire à M. le duc de Choiseul qu’il a le diable au corps , mais interea patitur justus 2.

Si je ne connaissais pas votre extrême bonté, je n’aurais pas tant d’effronterie.

Au reste, je vous réponds que je ne jouer[ai] pas mes deux cents louis au pharaon, comme le chevalier de Boufflers , mais aussi il ne m’est pas permis, à mon âge, d’être aussi plaisant que lui. Permettez-moi de dire les choses les plus tendres à M. le chevalier de Taulès, et daignez agréer l’attachement inviolable et le profond respect avec lequel j’ai l’honneur d’être ,

monsieur, de Votre Excellence le très humble et très obéissant serviteur.

Voltaire. »

 

1 L'édition Garnier met «  par leur argot de change inintelligible »

2 Entre temps, c'est le juste qui pâtit .

Écrire un commentaire