Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2022

Personne ne s’intéressera jamais plus que moi à tous vos avantages

... et à le déplorer messieurs et dames qui êtes nos gouvernants , président, ministres, sénateurs, députés et dirigeants de partis, et tous ceux qui sont payés démesurément par le travail  des autres . On est bien loin de la nuit du 4 août 1789 et l'abolition des privilèges .

 

 

« A Louis-Amable Deprez de Crassier 1

Chevalier de Saint-Louis

etc.

à Saint-Genis

Monsieur,

Vous me pénétrez de joie en m’apprenant votre heureux succès . Je me flatte que tout sera bientôt réglé à votre satisfaction. Vous méritiez bien assurément la justice qu’on vous a rendue. Personne ne s’intéressera jamais plus que moi à tous vos avantages. Je suis bien fâché que mon âge et ma mauvaise santé m’empêchent de venir vous dire avec quels sentiments respectueux j’ai l’honneur d’être, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur.

Voltaire .

8è avril 1767 à Ferney. »

Écrire un commentaire