Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2016

un programme dont je n'aime point l'étalage

... C'est exactement ce que je me dis en lisant les déclarations des deux principaux candidats à la présidentielle parues dans Le Point . C'est tellement vague que j'en ai le mal de mer, tellement flou que j'en change de lunettes, tellement banal que je crois lire une rédaction de sixième sur "Racontez vos vacances" . Et par pure charité (non, pas chrétienne ! ) je m'abstiens de m'infliger le supplice de lire les déblatérations de la meute des autres postulants .

 Afficher l'image d'origine

 

« A Pierre-Joseph Thoulier d'Olivet, de

l'Académie française

à Paris

[seconde adresse de la main d'Olivet estampillée « 4° L[vée] et D sur 4° : ] A Monsieur / monsieur Thieriot, chez monsieur / Baron médecin / Rue Culture Sainte- Catherine

14è septembre 1761, Ferney

Je fais réflexion, mon cher maître, que si l'on imprime la lettre en question, il y faut ajouter des choses essentielles à notre entreprise ; que cela peut tenir lieu d'un programme dont je n'aime point l'étalage ; que c'est une occasion de rendre adroitement justice à ceux qui les premiers ont favorisé un projet honorable à la nation ; que vous vous signaleriez vous-même en m'écrivant en réponse, une petite lettre laquelle ferait encore plus d'effet que la mienne .

C'est une nouvelle occasion pour vous de donner un modèle de l'éloquence convenable aux gens de lettres qui s'écrivent avec une familiarité noble sur les matières de leur ressort . Je vais écrire en conformité à frère Thieriot qui supprimera ma lettre jusqu'à nouvel ordre, en cas que vous la lui ayez déjà donnée, et si elle n'est pas sortie de vos mains il faut qu'elle y reste jusqu'à ce qu'elle soit digne de vous et du public 1. »

1 En dessous de la lettre, d'Olivet a porté ces mots : « N'imprimez donc point . Je vous dirai ce qui rend impossible, quand à présent, ce que notre ami voudrait de moi, et ce que j'en voudrais moi-même, 19 septembre. » Il est toujours question de la lettre du 20 août 1761 à d'Olivet : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2016/07/25/490b8d596f02afd3eb06f6b8d6215222-5829833.html

 

Écrire un commentaire