Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2017

Nous espérons que ce prince nous donnera la paix, et que la Russie deviendra la bienfaitrice de l'Europe

... Raté ! au moins pour l'instant ... On est plutôt enclins à jouer Casse Noisettes à guichet fermé dans nos ambassades, et le temps est à la neige : https://www.youtube.com/watch?v=anIkwFNHVvc

 Résultat de recherche d'images pour "russie bienfaitrice"

Un des rares bienfaits de nos voisins orientaux ...

 

 

« A François-Pierre Pictet

A Ferney 12 mars 1762 1

Mon cher géant je suis très édifié que vous vouliez bien vous ressouvenir de moi au milieu de vos belles neiges, et que le voisinage du cercle polaire n'ait pas refroidi votre amitié . Vos compatriotes célèbrent comme vous les louanges de votre nouvel empereur : la plus grande louange qu'on puisse donner à un souverain tout puissant est celle d'être aimé d'un peuple libre . Nous espérons que ce prince nous donnera la paix, et que la Russie deviendra la bienfaitrice de l'Europe . En attendant nous en goûtons les fruits par avance dans notre petit château de Ferney . Nous y jouons des pièces nouvelles sur un assez joli théâtre ; nous donnons le bal à vos dames et nous vous regrettons au milieu de nos plaisirs . J'ai dit aux Cramer que leur liste devait s’honorer du nom de Strogonof pour trois exemplaires . À l’égard de M. le chambellan Ivan de Shouvalof je lui ai écrit trois lettres, et il y en avait une toute entière à votre honneur et gloire . Il ne m'a fait réponse ni sur vous, ni sur le second volume de Pierre le Grand qu'il avait tant à cœur ni sur les compliments que je lui ai faits . Vous voyez que je ne suis pas vain, et que je conviens très naïvement du peu de cas qu'on fait des seigneurs de Ferney à la cour de Russie . Si vous voyez M. de Shouvalou je vous prie de lui dire que je n'ai point de rancune . Toute la troupe du château vous embrasse de tout son cœur . »

1 La Revue de littérature comparée, Paris avril-juin 1931, donne pour destinataire « le comte Strogonof » . Pictet avait écrit une longue lettre à V* le 2 mars 1762 : voir page 12 : http://www.archivesfamillepictet.ch/bibliographie/documents/VoltaireetRousseau.pdf

 

Écrire un commentaire