Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2017

Je pense qu'il est très important de faire remarquer que les juges ne se sont point écartés des lois, en suivant la forme

... No comment !

Tapie ? Fillon ? Balkany ? Marine Le Pen ? Sarkozy ? Copé ? DSK ? Guéant ? Gaino ? aso...

 

 

« A Henri Cathala

à Genève

[juin-juillet 1762] 1

1° Par le mémoire pour Jean Calas page 5 il est dit que Pierre Calas le banni, est le 3è fils 2.

2° Je crois qu'il faut absolument dire que la dame Calas a été déclarée innocente, attendu qu'on lui a réservé 24 000 livres, ce qui emporte nécessairement avec soi la certitude reconnue de l'innocence ; c'est même sur quoi il faut insister .

3° C'est le fils Donat , qui a assuré que son père avait depuis deux ans mal aux jambes .

On pourra rectifier en marge les autres choses que j'ignore .

Je pense qu'il est très important de faire remarquer que les juges ne se sont point écartés des lois, en suivant la forme, et qu'ils ont condamné un innocent de la meilleure foi du monde . En voici je crois la preuve évidente .

La loi porte que lorsqu’un homme a été menacé par un autre, et qu'on le trouve mort dans la maison du menaçant, celui-ci est réputé coupable .

C'est précisément le cas des Calas . Deux témoins ont déposé des menaces . Joignez à cette fatale raison, la descente sur les lieux par le capitoul, descente très mal faite, et le rapport erroné des chirurgiens qu'on ne pouvait plus vérifier, voilà l'excuse des juges . Ils se sont trompés, parce qu'ils n'ont pas fait eux-mêmes de descente dans l'endroit où le malheureux Marc-Antoine Calas s'était pendu, parce qu'ils ont toujours supposé qu'il n'avait pu se suspendre lui-même ; parce qu'ils n'ont pas su distinguer les menaces d'un père , des menaces d'un ennemi ; parce qu'ils ont toujours cru que la religion avait part à cette aventure abominable ; enfin , parce que Calas le père ayant très mal répondu dans ses interrogatoires, ils ont supposé qu'il était criminel, et qu'il avouerait tout sur la roue ; en quoi ils se sont lourdement trompés .

Cette affaire mérite d'être suivie avec la plus grande chaleur . Je prie monsieur Cathala de mander à Mme Calas de lui renvoyer la requête au roi apostillée, afin qu'on puisse en former un ouvrage également vrai, et également intéressant dans tous ses points .

M. Damilaville nous renverra le paquet cacheté . »

1 Sur l'original, mention « juillet ou aug[us]te 1762 », mais la mention de la requête suggère un état un peu antérieur de la procédure .

2 Référence au Mémoire pour le sieur Jean Calas , de Théodore Sudre, de Toulouse, 1762, où cette affirmation reste d'ailleurs implicite . Voir : https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=uc1.31175035126997;view=1up;seq=1

 

Écrire un commentaire