Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2017

Sauve qui peut est la devise des pauvres diables comme moi ... proh pudor ! [oh honte !]

... Mister Trump, je parie mon dernier string léopard contre vos oeuvres complètes , que le prétendu respect de votre promesse électorale est uniquement dicté par le rendement des affaires du Trump-Picsou  qui souffriraient d'avoir à payer pour la lutte contre la pollution .

La "grandeur des USA" invoquée ! slogan usé, pour pauvre d'esprit qui se pavane, geai paré des plumes du paon, grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf : plafff !!

 Résultat de recherche d'images pour "oh honte"

Les pôles d'intérêt de Trump sont les mêmes que ceux de Mario : bad trip for us !

 https://www.quizz.biz/quizz-343112.html

 

 

 

« A Louis-René Caradeuc de La Chalotais

Aux Délices, le 11 juillet [1762]

Monsieur, je suis presque aveugle, et cependant j’écris ; mais c’est que les passions donnent de la force, et les sentiments que vos bontés m’inspirent sont une passion. Vous confondez les jésuites, et vous instruisez les historiens. Le mémoire que vous avez daigné m’envoyer 1 est très plausible . Si vous étiez procureur-général de quelque parlement de mon voisinage, je volerais pour venir vous remercier, quoique je ne sorte plus de ma chaumière ; je viendrais vous prier de guérir les scrupules qui me restent. Si la chose était comme vous le dites, le parlement de Paris, capitale de l’ancienne France, aurait été l’assemblée des états généraux. Pourquoi, dans les états du quatorzième siècle, les parlements n’y eurent-ils pas de séance ? pourquoi le banc du roi en Angleterre est-il différent des états nommés parlement ? pourquoi le gouvernement anglais, ayant en tout imité nos usages 2 et les ayant conservés, a-t-il encore ses états généraux, qui sont abolis en France ? pourquoi le procureur général du roi d’Angleterre conclut-il à ce banc royal, et non au parlement de la nation ? Ce qu’on appelle le grand banc en France est encore le grand banc à Londres . La formule ancienne de vos sessions s’y est conservée . Le procureur général n’agit qu’à ce banc. Ce qu’on appelle parlement en France est donc le banc du roi ; ainsi que ce qu’on nomme parlement en Angleterre représente nos états généraux.

Pourquoi le gouvernement goth, tudesque et vandale ayant été partout le même, serions-nous les seuls chez qui une cour suprême de justice aurait été substituée aux représentants des chefs de la nation ? Les audiences d’Espagne ne sont point las cortes, et n’y ont aucun rapport . La chambre impériale de Wetzlar 3, quoique toujours présidée par un prince, n’a aucune analogie avec la diète de l’Empire.

Aucune cour supérieure ne représente la nation dans aucun pays de l’Europe. Comment la France seule aurait-elle établi ce droit public ? et si elle l’avait établi, comment ne serait-il pas authentique ? Si chaque parlement tient lieu des états généraux pendant la vacance de ces états, il est clair qu’il est à leur place . Que devient donc alors le conseil du roi ?

Vous sentez bien que cela est embarrassant. Mettez la main sur la conscience. Au reste, je suis sans intérêt, ne descendant, que je sache, d’aucun Franc qui ait ravagé les Gaules avec Ildovic nommé Clovis, ni d’aucun seigneur qui ait trahi Louis V et Charles de Lorraine , n’étant d’aucun corps, n’étant ni tonsuré ni maître ès arts , ayant un pied en France et l’autre en Suisse, et les deux sur le bord de la fosse. Je suis assez de l’avis d’un Anglais qui disait que toutes les origines, tous les droits, tous les établissements, ressemblent au plum-pudding : le premier n’y mit que de la farine, un second y ajouta des œufs, un troisième du sucre, un quatrième des raisins ; et ainsi se forma le plum-pudding.

Voyez ce qu’étaient Lin et Clet, supposé qu’il y ait eu des Clet et des Lin 4 ; reconnaîtraient-ils aujourd’hui leurs successeurs ? Le fils de Marie même reconnaîtrait-il sa religion ? Tout dans l’univers est fait de pièces et de morceaux. La société humaine me paraît ressembler à un grand naufrage . Sauve qui peut  est la devise des pauvres diables comme moi. Pour vous, monsieur, qui avez une belle place dans le vaisseau, c’est tout autre chose. Vous avez jeté Loyola à la mer, et votre vaisseau n’en va que mieux. Il y a une chose dont on doit s’apercevoir à Paris, supposé qu’on réfléchisse : c’est que la vraie éloquence n’est plus qu’en province. Les comptes rendus en Bretagne et en Provence 5 sont des chefs-d’œuvre ; Paris n’a rien à leur opposer, il s’en faut beaucoup.

Cependant il y a toujours une douzaine de jésuites à la cour . Ils triomphent à Strasbourg, à Nancy . Le pape donne en Bretagne, chez vous, oui, chez vous, des bénéfices quatre mois de l’année . Vos évêques, proh pudor !6 s’intitulent évêques par la grâce du Saint-Siège, etc., etc., etc., etc.,etc.

Monsieur, vous me remplissez de respect et d’espérance.

Voltaire. »

1 Mémoire touchant l'origine et l'autorité du parlement de France appelé judicium Francorum, 1762 ; voir : http://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1965_num_72_2_2265

3 Wetzlar devint une cité libre d'Empire au XIIè siècle, la chambre impériale survécut jusqu'en 1806, date où l'Empire fut dissous .

4 Lin est le successeur de Pierre ; voir lettre du 26 octobre 1762 à Bernis : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2016/10/20/tenez-monseigneur-lisez-et-labourez-mais-les-cardinaux-ne-so-5863533.html . Clet , ou plutôt Anacletus II est un antipape du XIIè siècle parfaitement historique .

5 Ce sont des ouvrages de La Chalotais et Ripert de Monclar : Réquisitoire à M. le procureur général du parlement de Bretagne . Du 7 décembre 1761 ; Second compte rendu sur l'appel comme d'abus, des constitutions des jésuites, Par M. […] de La Chalotais, procureur général du roi au parlement de Bretagne, les 21, 22 et 24 mai 1762 .

6Oh honte !

 

Écrire un commentaire