Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2017

Je m’amuse à peindre les sottises des hommes, et je vais jusqu’à l’année présente . La matière est abondante

... Einstein dira même que c'est la seule chose qui est réellement infinie .

  http://www.leglobelecteur.fr/wordpress/wp-content/uploads/2013/02/lucien_jerphagnon_la_sottise_m.jpg

http://www.leglobelecteur.fr/piste-4-la-sottise-89

 

 

« A Bernard-Louis Chauvelin

22 novembre [1762] à Ferney 1

Bénies soient vos excellences, qui aiment notre tripot, et qui l’aiment au point de vouloir bien payer un port exorbitant pour une pièce médiocre 2! Le titre en est beau, je l’avoue ; mais je tiens avec vous, monsieur l’ambassadeur, qu’il vaut mieux être possesseur de madame de Chauvelin que d’avoir le droit des prémices de toutes les filles de village.

Quand vous serez bien las de cette comédie, ne pourriez-vous pas l’envoyer à M. d’Argental, sous l’enveloppe de M. le duc de Praslin ? Il pourra, en qualité d’amateur du tripot, se donner l’amusement de la faire jouer, pour divertir les Anglais qui sont à Paris.

Vous êtes un vrai ministre. Vous avez vite envoyé à M. d’Argental certain quatrième acte tragique sans m’en rien dire ; mais je m’en suis bien douté, et je vous jure que je vous ai pardonné ce tour de tout mon cœur. Je sens bien qu’il serait bon [que]3 ce quatrième acte fût aussi plein de fracas que les autres . Je veux laisser reposer quelque temps la pièce et moi. Les choses ont souvent besoin d’être quittées pour être senties. Vous avez un goût infini . Je suis aussi charmé de vos judicieuses réflexions que de vos bontés. Si j’avais autant de génie que vous avez de lumières, je vous assure qu’on verrait beau jeu. Mais avouez que le rôle d’Olympie ferait un effet merveilleux dans la bouche de madame l’ambassadrice, à Ferney. Vous m’avez promis de revenir à la paix ; la voilà faite. Quand ferons-nous venir les violons pour l’orchestre ? passerez-vous votre vie à Turin ? Vos amis de Paris n’auront point de repos s’ils ne vous revoient. La société de ce pays-là a besoin de vous ; vous en faites le charme, et il faut surtout que vous aidiez au bon goût à se maintenir . On dit qu’il va un peu en décadence. Vous me réchaufferez en passant. Je crois que je suis à présent le seul vieillard qui fasse des tragédies et qui plante. Je vous donne rendez-vous au printemps, moi, mes arbres, et mon théâtre. S’il me vient quelques idées bien tragiques cet hiver, je vous consulterai sur-le-champ ; mais à présent c’est le quartier de l’histoire. Je m’amuse à peindre les sottises des hommes, et je vais jusqu’à l’année présente . La matière est abondante. Adieu, monsieur ; conservez-moi des bontés qui font la consolation de ma vieillesse, de ma retraite, et de mes travaux. Je me mets aux pieds de madame l’ambassadrice.

V. »

1 L'éditeur a hésité entre 1762 et 1763 .

2 Le Droit du seigneur .

3 V* a oublié que qui s'impose ici .

Écrire un commentaire