Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2017

On va juger à Paris le procès de Calas : cela intéresse l’humanité tout entière

... Exagération ? que non point ! Corriger une erreur judiciaire tout en abattant le fanatisme, beau combat à mener et à gagner pour le bien général , et Voltaire est le premier à oser le mener . Qui peut être le Voltaire du XXIè siècle ? Qui va parler et agir pour l'humanité entière ?

 Image associée

Pif et Hercule ne sont pas loin de la vraie sagesse !

 

 

« A François-Achard Joumard de Tison, marquis d'Argence

au château de Dirac

près d'Angoulème

14 j[anvier 1763] 1

Mon cher philosophe, vous m’envoyez  toujours des pâtés farcis de truffes. Vous êtes un philosophe faisant bonne chère, et voulant qu’on la fasse . Vous jugez avec raison que nous avons besoin, dans notre pays de glaces, du souvenir des seigneurs de vos beaux climats.

Savez-vous que j’ai reçu une lettre de quatre dames d’Angoulême ? Je n’ai pas l’honneur de les connaître ; mais je n’en suis que plus flatté de leurs bontés . Elles ne signent point leurs noms . Elles m’ordonnent d’adresser ma réponse à madame la marquise de Théobon 2. Que puis-je leur répondre ? c’est jouer à colin-maillard.

Quatre beautés font tout mon embarras ;

De faire un choix mon âme est occupée :

Qu’eût fait Pâris en un semblable cas ?

En quatre parts la pomme il eût coupée.

Si vous voulez leur donner cette réponse ou cette excuse, c’est assez pour un vieux malade qui ne ressemble point du tout à Pâris.

On va juger à Paris le procès de Calas : cela intéresse l’humanité tout entière. On a pendu un ex-jésuite 3 pour avoir dit des sottises ; cela n’intéresse que la pauvre société de Jésus.

Bonsoir, monsieur ; sans les neiges et votre absence, mon château, l’œuvre de mes mains, serait un charmant séjour. Je suis à vous bien tendrement pour jamais.

V.»

1 Date complétée par d'Argence .

2 Marie-Louise La Taste, épouse de Benoit de Brie, dit le marquis de Théobon .

3 Ringuet ou Rinquet, le fou de la Verberie ; voir lettre du 9 janvier 1763 à Cideville : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2017/11/22/vous-etes-a-paris-a-la-source-de-tout-et-nous-ne-sommes-dans-6001833.html

Écrire un commentaire