Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2018

Dans quel siècle abominable vivons-nous , si on a raison de soupçonner un parlement d'être faussaire

...

 

« A Philippe Debrus

à Genève

Vous pouvez, monsieur, communiquer la lettre de M. de Crosne aux personnes zélées et discrètes, dont vous êtes sûr . Je crois qu'enfin l'affaire se rapporte aujourd'hui solennellement . Savez-vous bien tout ce que craint M. Mariette ? c'est qu'on ne falsifie les pièces à Toulouse . Dans quel siècle abominable vivons-nous , si on a raison de soupçonner un parlement d'être faussaire, et de mériter ce qu'il a fait à Jean Calas ! Je vous embrasse en pleurant et en frémissant . Je crois que vous pourrez communiquer à M. de Moultou la lettre de M. de Crosne, et nos justes craintes ; car lorsque M. de Crosne viendra ici, il verra assurément M. de Moultou, et ne s'en retournera pas sans avoir conçu pour lui toute l'estime et l'amitié qu'il mérite . Mille tendres compliments à M. de Végobre et à M. Cathala .

Mardi 22 février [1763] »

Écrire un commentaire