Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2018

Votre petite conjuration va-t-elle son train ?

... demande Emmanuel Macron à son premier ministre, démissionnaire de comédie, qui se retire derrière le rideau pour revenir aussitôt sous les applaudissements présenter les membres de la troupe qui nous donne le spectacle . Very funny ! A mes yeux : guignolesque !

Quant aux déclarations de l'opposition, de la majorité et des journalistes , je les dispense volontiers de me dire ce que je dois en penser ; je suis plus qu'énervé par les phrases qui commencent par :" Les Français pensent ceci, cela, etc., etc., et veulent ceci , cela , etc., etc.,..."

La cuisine politique est décidément bien indigeste, cauchemar en cuisine : chef Etchebest, au secours !

 Image associée

Ralliez vous à mon panache ... euh  ? LREM ?!

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

14è octobre 1763

Puisque mes anges me mandent que les ennemis de la Gazette littéraire ont pris le parti d’aller à la campagne, voici une petite note pour cette gazette . Elle pourra amuser mes anges. M. Arnaud étendra et embellira mon texte ; je me borne à donner des indications.

Je répète à mes anges qu’il doit m’être arrivé un paquet d’Angleterre à M. le duc de Praslin. Si on ne me fait pas parvenir mes instruments, avec quoi veut-on que je travaille ? On ne peut pas rendre des briques quand on n’a point de paille, à ce que disaient les Juifs, quoique je n’aie jamais vu faire de briques avec de la paille 1.

Mais qui donc sera honoré du ministère de la typographie ?2 M. de Malesherbes n’avait pas laissé de rendre service à l’esprit humain en donnant à la presse plus de liberté qu’elle n’en a jamais eu. Nous étions déjà presque à moitié chemin des Anglais, car nous commencions à tâcher de les imiter en tout ; mais nous sommes bien loin de leur ressembler.

J’ai toujours oublié de réfuter ce que mes anges disent de la dame libraire de l’Académie3. Elle ne devait pas, en convolant en secondes noces, violer le dépôt que les Cramer avaient remis entre ses mains. Un libraire peut aisément faire banqueroute pour avoir imprimé des livres qui ne se vendent point ; mais un argent dont on est dépositaire n’est pas un objet de commerce . Ainsi il me paraît que les Cramer ont très grande raison de se plaindre. Manger l’argent d’autrui, et donner en paiement des livres dont personne ne veut, est un étrange procédé.

Quoi qu’il en soit, le Corneille devrait déjà être imprimé, et il ne l’est pas. Ce n’est pas moi assurément qui suis en retard ; vous savez que je vais toujours vite en besogne. J’aurais fait imprimer le Corneille en six mois, si je m’étais mêlé de la presse. Je songe toujours que la vie est courte, et qu’il ne faut jamais remettre à demain ce qu’on peut faire aujourd’hui. J’espère pourtant que vous aurez pour vos étrennes le recueil des belles et des détestables pièces de Pierre Corneille.

M. de Chauvelin, l’ambassadeur, prétend que je dois lui faire confidence de quelque chose pour le mois d’avril . Je lui ai répondu 4 que, si je lui ai promis pour le mois d’avril, je lui tiendrai parole dans ce temps-là. Vous m’avouerez qu’un ministre n’a pas à se plaindre quand on observe fidèlement les traités à la lettre.

Votre petite conjuration va-t-elle son train ?

Respect et tendresse.

V. »

1 Référence à Exode, V, 16 . Ces briques, cuites au soleil, comprenaient de la paille, mélangée à de la glaise, pour lui donner de la tenue . Voir : https://www.info-bible.org/lsg/02.Exode.html#5

2 Malesherbes avait suivi son père, le chancelier de Lamoignon, dans sa disgrâce et son exil . Ses fonctions de directeur de la librairie furent alors assumées par le lieutenant de police Sartines qui les exerça de façon plu stricte que son prédécesseur . Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chr%C3%A9tien_Guillaume_de_Lamoignon_de_Malesherbes#Une_lettre_de_cachet_pour_Malesherbes

et : http://data.bnf.fr/12997443/antoine_de_sartine/

3 La veuve Brunet, ainsi qu'on l'a vu dans la lettre du 15 septembre 1763 à d'Argental : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2018/09/11/j-ai-envie-d-etre-utile-et-je-crains-d-etre-importun-6083782.html

Écrire un commentaire