Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2019

je mépriserai toujours les fanatiques, en quelque genre que ce puisse être

... Persiste et signe .

Fanatiques (Les) - La folie de croire

 

 

 

« A Jean Le Rond d'Alembert

14 avril [1764]

Mon cher philosophe, auriez-vous jamais lu un chant de la Pucelle , dans lequel tout le monde est devenu fou, et où chacun donne et reçoit sur les oreilles à tort et à travers 1? Voilà précisément le cas de vos chers compatriotes les Français. Parlements, évêques, gens de lettres, financiers, anti-financiers, tous donnent et reçoivent des soufflets à tour de bras ; et vous avez bien raison de rire ; mais vous ne rirez pas longtemps, et vous verrez les fanatiques, maîtres du champ de bataille. L’aventure de ce cuistre de Crevier 2 fait déjà voir qu’il n’est pas permis de dire d’un janséniste qu’il est un plat auteur. Vous serez les esclaves de l’université avant qu’il soit deux ans. Les jésuites étaient nécessaires, ils faisaient diversion ; on se moquait d’eux, et on va être écrasé par des pédants qui n’inspireront que l’indignation. Ce que vous écrit un certain goguenard couronné doit bien faire rougir votre nation belliqueuse 3.

Répandez ce bon mot tant que vous pourrez ; car il faut que vos gens sachent le cas qu’on fait d’eux en Europe. Pour moi, je gémis sérieusement sur la persécution que les philosophes et la philosophie vont infailliblement essuyer. N’avez-vous pas un souverain mépris pour votre France, quand vous lisez l’histoire grecque et romaine ? trouvez-vous un seul homme persécuté à Rome, depuis Romulus jusqu’à Constantin, pour sa manière de penser ? le sénat aurait-il jamais arrêté l’Encyclopédie ? y a-t-il jamais eu un fanatisme aussi stupide et aussi désespérant que celui de vos pédants ?

Vraiment oui, j’ai donné une chandelle au diable ; mais vous auriez pu vous apercevoir que cette chandelle devait lui brûler les griffes, et que je lui faisais sentir tout doucement qu’il ne fallait pas manquer à ses anciens amis 4.

A l’égard des hauts lieux dont vous me parlez, sachez que ceux qui habitent ces hauts lieux sont philosophes, sont tolérants, et détestent les intolérants, avec lesquels ils sont obligés de vivre.

Je ne sais si le Corneille entrera en France, et si on permettra au roi d’avoir ses exemplaires 5. Ce dont je suis bien sûr, c’est que tous ceux qui s’ennuient à Sertorius et à Sophonisbe, etc., trouveront fort mauvais que je m’y ennuie aussi ; mais je suis en possession depuis longtemps de dire hardiment ce que je pense, et je mépriserai toujours les fanatiques, en quelque genre que ce puisse être. Ce qui me déplaît dans presque tous les livres de votre nation, c’est que personne n’ose mettre son âme sur le papier ; c’est que les auteurs feignent de respecter ce qu’ils méprisent ; vos historiens surtout sont de plates gens ; il n’y en a pas un qui ait osé dire la vérité6. Adieu, mon cher philosophe ; si vous pouvez écraser l’infâme, écrasez-la, et aimez-moi ; car je vous aime de tout mon cœur. »

1 Actuel chant XVII .

3 D'Alembert écrit le 6 avril 1764 : « J'ai reçu une lettre charmante de votre ancien disciple [Frédéric II] . Il me mande que depuis qu'il a fait la paix, il n'est en guerre ni avec les cagots ni avec les jésuites, et qu'il laisse à une nation belliqueuse comme la française le soin de ferrailler envers et contre tous . » Voir : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2010/07/26/temp-06a9e11a9784627005bc79ce12392d46.html

4 D'Alembert écrit dans la lettre citée : « Je vous écris qu'une personne [Mme du Deffand] qui se dit de vos amies, dénigre Macare ; le fruit de cet avertissement ... »

5 Lettre citée : « Nous attendons le Corneille . Il est entre les mains d'un cuistre nommé Martin, qui doit décider si le public pourra le lire . »

6 Ce dernier membre de phrase est un ajout de Renouard, LXII, 286 .

Écrire un commentaire