Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2019

nos coutumes ne prévoient guère, et je ne sais s'il y a quelque chose dans le monde de plus imparfait que nos lois

... Que tous ceux qui tiennent la coutume pour règle juste et absolue marchent de concert avec ceux qui trouvent que nos lois sont toutes magnifiques et applicables absolument . Législateurs et traditionalistes ont parfois/souvent/toujours un esprit bancal , les uns tenant mordicus au passé , les autres  tenant le mors aux dents à ce qu'ils croient bien pour l'avenir , jusqu'à ce que la réalité les mette en face de leurs "coïonneries" . Et savez-vous bien ce qu'il advient ? ils persistent toujours/souvent/parfois .

Image associée

Big brother is watching you !

 

 

« A Claude-Philippe Fyot de La Marche

Aux Délices, 4 mai 1764

Mon illustre magistrat, digne d'un meilleur siècle, vous êtes digne aussi d'avoir des amis moins paresseux que moi, ou plutôt des amis moins privés de la douceur de la société . Il y a deux mois que je me trouve absolument incapable d'écrire et de me remuer . J’ai été obligé de me transporter aux Délices auprès de M. Tronchin, quoique je sache très bien que les voyages au temple d'Épidaure ne rendent pas la santé . Je ne parle à mon médecin que par condescendance pour ma famille . Il faudrait que je fusse fou pour imaginer qu'un homme peut guérir la vieillesse et la faiblesse d'un autre homme, et encore plus fou de ne pas me soumettre de bonne grâce à la destinée . Ma carrière finit, la vôtre sera plus longue, parce que vous êtes né avec de meilleures organes comme avec un meilleur esprit . Vous êtes un vigoureux Bourguignon, et moi un faible Parisien .

Je vous loue aussi de faire des chansons ; il est vrai qu'elles ne sont ni bachiques, ni grivoises ; mais elles sont pleines d'agrément, et je crois que Cicéron en aurait fait de pareilles en mariant son neveu, car quoi qu’en dise Juvénal 1, Cicéron votre devancier faisait fort bien les vers, et il était réellement le meilleur poète de son temps après Lucrèce ; c'est de tous les poètes romains celui que j'aime le mieux avec ses défauts .

S'il y avait quelqu'un parmi nous que j'osasse comparer, quoique de très loin, à ce grand homme, ce serait le chancelier de L'Hospital . On vient d'imprimer sa vie 2; je ne sais si en on fera autant pour notre chancelier d'aujourd'hui !3 Nous sommes bien médiocres en tout genre . Ne rougissez-vous pas quelquefois de la décadence où vous voyez notre nation ? Nous avons eu un bon moment sous Louis XIV ; mais nous n'avons aujourd'hui que l’opéra-comique et Mlle Duchapt .

On dit que M. d'Etiole le Normand fait un beau procès à la mémoire de madame sa femme 4, et prétend hériter d'elle en vertu d'une donation réciproque de tous leurs biens stipulée dans leur contrat de mariage . La plate éloquence de nos avocats aura là un beau champ de bataille ; on verra si une séparation l'emporte sur une donation ; c’est un cas que la coutume de Paris n'a point prévu, car nos coutumes ne prévoient guère, et je ne sais s'il y a quelque chose dans le monde de plus imparfait que nos lois .

Au reste savez-vous que Mme de Pompadour est morte en philosophe 5, sans aucun préjugé, sans aucun trouble, pendant que tant de vieux barbons meurent comme des sots .

Adieu, mon respectable magistrat, conservez-moi un peu d'amitié pour le peu de temps que j'ai à végéter dans ma petite retraite . Que ne puis-je être dans la vôtre ! Que ne puis-je vous entendre, raisonner avec vous, et vous renouveler mon tendre dévouement .

V. »

1 Juvénal, Satires, X, 114-124 . ce jugement de V* est assez étonnant même si l'on présume qu'il ait fait de Carulle un poète de la génération postérieure à celle de Cicéron ; voir pourtant la préface de Rome sauvée où V* vante l' « éloquence » de Cicéron .

3 V* pense-t-il à Lamoignon ou à Maupéou ? Voir lettre du 20 octobre 1763 à Manoël de Végobre : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2018/10/18/je-ne-ralentirai-pas-mes-soins-et-mes-demarches-je-continuer-6097949.html

4 Mme de Pompadour .

5 Elle mourut en effet avec courage et humour, mais non en « philosophe » si l'on entendait par là qu'elle ne mourut pas en chrétienne .

Écrire un commentaire