Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2019

vous n'aurez encore aujourd’hui qu'un mot du malingre

... Riez !

Résultat de recherche d'images pour "rire a la vie"

 

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

28è mai 1764 1

Mon cher frère, vous n'aurez encore aujourd’hui qu'un mot du malingre . J'ai fait un terrible quiproquo en prenant Lemierre pour La Harpe 2. Je ne sais comment réparer la bévue . Gabriel Cramer jure toujours qu'il y a depuis plus de deux moi un gros paquet pour vous sur la route de Bourgogne . Dès que j'ai un moment de relâche à mes maux, je songe à porter les derniers coups à l'infâme . Mais les frères sont dispersés, désunis, et j'ai peur d'être comme le vieux Priam telum que imbelle sine ictu 3. La lettre sous le nom de Jean-Jacques est à peu près de même 4; l'archevêque d'Auch s'en rit, il a quarante mille écus de rente .

Mon cher frère , écr l'inf .

Qu'est devenu je vous prie un M. d'Acquin 5? Vous lui avez donné un Corneille . Je n'entends point parler de ce d'Acquin, fait-il un Avant-coureur ?

J'ai reçu le factum pour Potin et pour l'humanité . J'en remercierai frère Beaumont 6. »

1 L'édition de Kehl, d'après la copie Darmstadt B. , amalgame deux phrases de la présente lettre à la lettre du 1er juin 1764 .

3 Un trait débile et sans impact ; Virgile, Enéide, II, 544 .

4 L'auteur ,- Pierre-Firmin de Lacroix - , d'une prétendue Lettre de J.-J. Rousseau, de Genève, qui contient sa renonciation à la société civile, ses derniers adieux aux hommes , vient de récidiver avec une brochure intitulée Jean-Jacques Rousseau, citoyen de Genève, à Jean-François de Montillet, archevêque e seigneur d'Auch, datée du 15 mars 1764 . Après s'être contenté de nier qu'il fût l'auteur de cet opuscule, Rousseau se plaignit de cette « fourberie sortie de la boutique de M. de Voltaire » . Ses plaintes deviennent plus vives encore le 16 juin 1764 : « M. de Voltaire vient tout récemment de faire un nouveau tour de son métier en publiant sous mon nom une lettre à M. l'archevêque d'Auch qui, dans une instruction pastorale l'avait assez malmené . »

Voir : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5789272v.texteImage

et : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10400809.image

et : https://books.google.fr/books?id=X1ZixOxS2M8C&pg=PA414&lpg=PA414&dq=M.+de+Voltaire+vient+tout+r%C3%A9cemment+de+faire+un+nouveau+tour+de+son+m%C3%A9tier+en+publiant+sous+mon+nom+une+lettre+%C3%A0+M.+l%27archev%C3%AAque+d%27Auch+qui,+dans+une+instruction+pastorale+l%27avait+assez+malmen%C3%A9&source=bl&ots=VBQnYaLkcA&sig=ACfU3U31Dq0qgcG0mi24N0QEvppaVy5mVw&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwj6x5D0wIzjAhUL6RoKHeAjAkMQ6AEwAHoECAkQAQ#v=onepage&q=M.%20de%20Voltaire%20vient%20tout%20r%C3%A9cemment%20de%20faire%20un%20nouveau%20tour%20de%20son%20m%C3%A9tier%20en%20publiant%20sous%20mon%20nom%20une%20lettre%20%C3%A0%20M.%20l'archev%C3%AAque%20d'Auch%20qui%2C%20dans%20une%20instruction%20pastorale%20l'avait%20assez%20malmen%C3%A9&f=false

Voir aussi à ce sujet le lettre de V* du 29 juin 1764 à Chatillard de Montillet-Grenaud .

5 Pierre-Louis d'Acquin de Château-Lyon a en effet des liaisons avec L'Avant-coureur ; voir lettre du 10 août 1760 à d'Argental . Il devait écrire un peu plus tard à V*, le 5 juin 1764 pour accuser réception du Corneille ; il lui envoie une feuille de L'Avant-coureur et lui donne une foule de nouvelles malignes concernant divers auteurs . Voir : https://data.bnf.fr/fr/12207503/pierre-louis_d__aquin_de_chateau-lyon/

et : http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0129-lavant-coureur-3

6 Jean-Baptiste-Jacques Élie de Beaumont , Question sur la légitimité du mariage des protestants français célébré hoirs du royaume, 1764 .

Écrire un commentaire