Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2021

Je ne désespère pas, tandis que vous êtes en train, que vous ne ressuscitiez aussi La Femme qui a raison . On prétend qu’il y a quelques ordures, mais les dévotes ne les haïssent pas

... Je n'y ai pas trouvé d'ordures, mais c'est sans doute que je ne suis pas assez dévot pour les repérer  . J'ai retenu quand même cette réplique dans la bouche de deux hommes d'affaires , la réalité étant conforme à la fiction :

DAMIS.

Prête-t-il de l'argent ?

MONSIEUR GRIPON.

En aucune façon,

Car il en a beaucoup.

 

 

 

« A Louis-François-Armand du Plessis, duc de Richelieu

A Genève, 16 Septembre 1765.

Vous vous êtes donc mis, monseigneur, à ressusciter les morts ? Vous avez déterré je ne sais quelle Adélaïde 1 morte en sa naissance, et que j’avais empaillée pour la déguiser en Duc de Foix. Vous lui avez donné la plus belle vie du monde. Tronchin n’approche pas de vous, quelque grand médecin qu’il soit ; il ne peut me faire autant de bien que vous en faites à mes enfants. Je ne désespère pas, tandis que vous êtes en train, que vous ne ressuscitiez aussi La Femme qui a raison 2. On prétend qu’il y a quelques ordures, mais les dévotes ne les haïssent pas ; que sait-on même si un jour vous ne ferez pas jouer La Princesse de Navarre ?3 La musique du moins en est très belle, et je suis sûr qu’elle ferait grand plaisir ; cela vaudrait bien un opéra-comique.

Je ne sais si mademoiselle Clairon rajuste sa santé dans le beau climat de Provence. Je crois que le public ferait en elle une perte irréparable. Vous aurez trouvé que j’ai poussé l’enthousiasme un peu loin dans certains petits versiculets ; mais si vous aviez vu comme elle a joué Electre dans mon tripot, vous me pardonneriez.

Vous allez vous occuper de plaisirs à Fontainebleau ; ces plaisirs-là sont de ma compétence, mais il ne m’appartient pas de les goûter à votre cour. J’ai environ deux douzaines d’enfants qui se produisent quelquefois sous votre protection ; mais pour le père, il fait fort bien d’aimer sa retraite et de ne pas désirer autre chose . Il ne regrette que le bonheur qu’il a eu si longtemps de vous approcher et d’admirer votre gaieté au milieu de vos affaires de toute espèce.

Ses yeux, pochés par le vent du nord, ne lui permettent pas de vous écrire de sa main à quel point il est pénétré de respect pour vous, et combien il prend la liberté de vous aimer.

V. »

 



1Adélaïde du Guesclin fut reprise le 9 septembre 1765 ; voir : http://www.theatre-classique.fr/pages/programmes/edition.php?t=../documents/VOLTAIRE_ADELAIDE.xml

3 Pièce non reprise . Voir : https://operabaroque.fr/RAMEAU_NAVARRE.htm

Écrire un commentaire