Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2021

cette pièce n'est en aucune manière dans le goût de la nation

... Deux personnages, une plaie pour la France, un vote, heureusement pas de deus ex machina en faveur de l'un ou l'autre

https://media.charentelibre.fr/5807827/1200x600/cl-60229dc97971bbe81d662e3a-ph0.jpg

 

 

« A Jacques Lacombe, Libraire

Quai de Conti

à Paris

1er septembre 1766

L'auteur m'est venu voir, monsieur . Il est actuellement chez moi, il me paraît très flatté qu’un homme de votre métier imprime son ouvrage . Il dit que je lui ai rendu un très grand service en vous le confiant . Il veut absolument garder l'incognito en dépit de tous ceux qui voudraient deviner .

Au reste, mon ami a la bonne foi de convenir avec moi que cette pièce n'est en aucune manière dans le goût de la nation . Je ne crois pas que vous en deviez tirer plus de sept cents exemplaires, et en ce cas vous ne donnerez d'honoraires à personne . Il ne vous avait prié de faire un petit présent à un comédien que dans la supposition d'un grand débit . Mais on ne vend guère une pièce qu'on ne peut jouer .

Si par un hasard que je ne prévois pas vous débitiez en peu de temps votre édition, l'auteur vous prierait alors d'en faire une seconde pour laquelle il vous donnerait des changements auxquels il se prépare . Pour moi, je vous avoue que les anecdotes sur les proscriptions me paraissent devoir attirer plus de lecteurs que la tragédie . L'auteur vous prie d'intituler l'ouvrage Octave ou le jeune Pompée , ou le Triumvirat, avec des remarques sur les proscriptions .

L'auteur m'a dit qu'il augmenterait encore ces remarques si elles plaisent aux hommes instruits .

M. de Beaumont fait un excellent factum en faveur de la famille Sirven qui se trouve dans le cas à peu près de la famille Calas ; je voudrais que vous pussiez l'imprimer .

Je vous renouvelle, monsieur, tous les sentiments qui m'attachent bien véritablement à vous sans aucun compliment .

Page 5, vers 4è

Antoine me la donne, ô jour de l’infamie !

Corrigez

Antoine me la donne, ô jour d'ignominie !

Même page, vers 7è

J'attends l'indigne écrit, corrigez : J'attends l'infâme écrit .

Même page, vers 9

après le mot parjure, mettez un point d'interrogation ;

page 8, mettez une virgule à la fin du premier vers ;

même page, vers 5, mettez un point après le mot justice à la fin du vers .

page 9, quand Fulvie dit : A quoi me résoudrai-je ? Mettez ainsi :

(à part)

A quoi me résoudrai-je ?

page 10, vers 14è, mettez un point à la fin de ce vers ;

page 11, vers pénultième, mettez aussi un point à la fin du vers après le mot répudie . »

Écrire un commentaire