Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2022

la tolérance est d’accord avec la religion et avec la politique. Apparemment que ce qui convient à la Russie n’est pas praticable dans d’autres États

... On en veut pour preuve l'actualité ukrainienne : https://www.20minutes.fr/monde/3214067-20220110-ukraine-americains-russes-entament-pourparlers-cruciaux-lundi

Kanye West bouffi de suffisance ne doute pas de pouvoir rencontrer Poutine et de devenir résident russe . Osera-t-il demander la nationalité russe comme l'a obtenue notre Gérard Depardieu national ? Les Ukrainiens ne doivent pas compter sur une quelconque prise de position en leur faveur, le rappeur milliardaire U.S. ne les a pas choisi pour en faire ses compatriotes d'adoption : https://www.20minutes.fr/arts-stars/people/3215303-202201...

 

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

10 octobre 1766 1

Mon cher ami, j’ai trouvé dans une de vos lettres, reçue le 4 octobre, un paquet de Russie. L’impératrice daigne m’écrire qu’elle établit la tolérance universelle dans tous ses États . Elle a la bonté de me communiquer la teneur de l’édit. Cet article, écrit de sa main, porte ces propres mots 2 : Que la tolérance est d’accord avec la religion et avec la politique. Apparemment que ce qui convient à la Russie n’est pas praticable dans d’autres États. Vous savez que nous ne nous piquons ni vous ni moi, dans notre obscurité, de raisonner sur les volontés des souverains. Je vous mande seulement le fait tel qu’il est. Je crois vous avoir instruit que le sieur Deodati m’a écrit. J’attends aussi des certificats de plusieurs autres personnes ; et, quand je les aurai, je ferai un petit mémoire 3 pour le passé, le présent, et l’avenir. La justification est si claire que je n’aurai pas besoin de me mettre en colère ; j’userai de la plus grande modération, et tous les journaux pourront se charger de ce mémoire. Je crois seulement que nous serons obligés de supprimer quelque chose du commencement de votre déclaration, qui pourrait effaroucher les ennemis des lettres.

Je me flatte, mon cher frère, que je recevrai bientôt le mémoire de feu M. de La Bourdonnais 4, avec tout ce que j’attends.

Je suis très curieux, je vous l’avoue, de lire la lettre de Jean-Jacques à M. Hume 5. On dit que c’est un chef-d’œuvre d’impertinence.

L’intérêt que vous prenez à M. et à Mme de Beaumont ne vous a-t-il pas engagé à lire le factum de son adverse partie ? Un seul mémoire ne met jamais au fait. Si le mémoire de M. de La Roque pouvait se trouver dans votre paquet, je serais bien content.

Vous n’avez rien reçu par M. de La Borde ; mais l’ainé Calas doit arriver à Paris avant cette lettre, et M. de La Borde devait aller de Ferney en Anjou.

Ô qu’il serait doux de vivre ensemble, et de se rassembler cinq ou six sages loin des méchants et loin des obstacles ! Comme on est bridé et garrotté de tous côtés !

Avez-vous des nouvelles d’Élie ? Ce pauvre Sirven se désespère. Je lui ai donné vingt fois des espérances qui l’ont trompé. Je suis la cause innocente de ses larmes ; il fait pitié.

Adieu, mon cher frère . Vos lettres sont ma plus grande consolation. »

1 L'édition Correspondance littéraire ne donne pas le destinataire .

4 Mémoire pour M. de La Bourdonnais (avec le Supplément par de Gennes), 1750-1751, deux volumes in-4°, ou quatre volumes in-12.

5 Elle est du 10 juillet 1766.

Écrire un commentaire