Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2022

Je suis en bonnet de nuit

... Et à poil(s).

Avides de sensations ^^ (page 78) - Jeux & divertissements

 

 

 

« A Pierre-Michel Hennin

[vers octobre 1766]

Notre hôpital, monsieur, est très sensible à votre charité. Maman 1 est affligée d’un rhumatisse, et ne peut faire aucun exercisme 2. Pâté 3 est accouchée d’un faux germe, comme certaine Julie du sieur Jean-Jacques ; mais elle n’en est que plus belle. Cornélie-Chiffon est garde-malade. Je suis en bonnet de nuit. Père Adam trotte. Nous sommes tous également pénétrés de vos bontés. Mettez mon cadavre et ce qui me reste d’âme aux pieds de monsieur l’ambassadeur. Mille tendres et respectueux remerciements.

V. »

1 Mme Denis .

2 La forme rhumatisse commence à être sentie comme populaire, d'où le jeu de mots sur exercisse par hypercorrection cette fois .

3 Agathe Frik, de Fahsneim en Alsace, cuisinière et femme de chambre Mme Denis. Voltaire l'avait mariée à Etienne Perrachon, de Ferney. C'est la belle Agathe, dont parle Grimm : « Agathe, ô belle

-Agathe...  »  Elle  accouchera d'un  gros  garçon  à  la  fin  de  1770,  ce qui  fera  dire  au  poète  :  «  Nous  ne  savons  plus  où  mettre  notre  marmaille. Dieu  nous  bénit.  »  Correspondance  inédite  de  Voltaire  avec M. Hennin  (Paris,  Berlin,  1825),  p,  248.  Lettre  de  Voltaire  à  Hennin,le  saint  jour  de  Noël  (25  décembre). 

Voir : https://archive.org/stream/voltaireetlasoc07desn/voltaireetlasoc07desn_djvu.txt

Écrire un commentaire