Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2022

Je pourrais alors lui proposer de venir penser et écrire en liberté

... En France ?

S'il est encore un écrivain ukrainien en Russie et un écrivain russe en Ukraine, ces deux-là ont peu de chance de faire paraître quoi que ce soit ; la censure ukrainienne , et plus encore celle des pays partisans de l'Ukraine -plus royalistes que le roi, et plus imbéciles- semblent arriver au niveau déraisonnable et abrutissant de la censure russe : https://actualitte.com/article/105346/ressources/purges-et-censure-en-bibliotheques-en-ukraine-la-guerre-culturelle-bat-son-plein

 

 

 

« Au marquis Francesco Albergati Capacelli

29è janvier 1767à Ferney

Je me trouve, monsieur, à l'âge de soixante et treize ans, environné de la guerre, au milieu des neiges, et exposé à la famine . Tout commerce avec Genève est interrompu par nos troupes qui bordent les frontières . Ce n'est qu'avec beaucoup de difficulté que je reçoit des lettres, et que je puis répondre . Je vous prie de communiquer celle-ci à M. Melchiori 1 . Il n'est pas impossible que j'aille achever ma vie en Hollande, quand la rigueur de la saison sera passée . Je pourrais alors lui proposer de venir penser et écrire en liberté . Comptez sur l’amitié respectueuse que je vous ai vouée jusqu’à mon dernier moment .

V. »

Écrire un commentaire