Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2022

Il nous manque l’agrément de la peste

... Alors, modestement, contentons-nous de la variole du singe : https://www.midilibre.fr/2022/05/24/variole-du-singe-la-h...

La caricature d'Ygreck | Le Journal de Québec

 

 

 

« A Marie-Françoise-Catherine de Beauvau-Craon, marquise de Boufflers-Remiencourt

A Ferney, 30è janvier 1767

A mon âge, madame, on ne peut plus satisfaire ses passions . Il y a un mois que je suis dans mon lit, et si je me faisais transporter à Lyon pour vous faire ma cour, vingt pieds de neige qui couvrent nos montagnes m'empêcheraient d'arriver .

Je ne sais si j'ai eu l'honneur de vous mander que nous avons la guerre et la famine dans la très belle et très détestable vallée où je comptais mourir doucement . Il nous manque l’agrément de la peste .

Je n'aurais pas été étonné, madame, qu'un ministre de six pieds , ou de trois et demi, m'eût refusé, si je lui avais demandé quelque chose ; mais je le suis qu'on ait eu si peu d'égard pour un prince beau et bien fait et qui a beaucoup d'esprit 1 ; il y a quelque chose qui a plus de crédit que lui .

Je ne sais, madame, si vous allez à la cour ou à la ville, mais en quelque lieu que vous soyez, vous ferez les délices de tous ceux qui seront assez heureux pour vivre avec vous . Cette consolation m'a toujours été enlevée . Votre souvenir peut seul consoler le plus respectueux et le plus attaché de vos anciens serviteurs .

V. »

Écrire un commentaire