Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2016

L'homme de bien dédaigne les propos Des étourdis, des fripons et des sots. Et ce n'est pas sur les discours du monde Que le bonheur et la vertu se fondent .

... Etourdis, fripons et sots sont légions , et nous en faisons partie, chacun à notre tour, selon les circonstances, c'est humain . Mais jamais au grand jamais ne soyons fanatiques, la pire espèce humaine, si tant est qu'il soit encore possible de les considérer comme humains .

DSCF1877 étourderie.JPG

Etourderie de photographe

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

24 août [1761] 1

M. Le Goût maître des comptes de Dijon, jeune homme qui aime les arts et les cacouacs, veut bien qu'on sache que Le Droit du seigneur, alias L'Ecueil du sage est de lui . Il m'envoie cette petite addition et correction que les frères jugeront absolument nécessaire . Je crois que la pièce de M. Le Goût restera au théâtre, et qu'ainsi le nom de philosophe y restera en honneur . Je m'imagine que frère Platon ne sera pas fâché .

Il est absolument nécessaire que M. Le Goût soit reconnu . Il compte enjoliver cette petite drôlerie par une préface en l'honneur des cacouacs qui sera un peu ferme, et qui parviendra en cour, comme dit le peuple . Il y aura aussi une Epître dédicatoire qui ira en cour . Mais si un gros fin de Préville s'obstine à dire qu'il croit l'ouvrage d'un certain V. , tout est manqué, tout est perdu . Il est absolument nécessaire qu'on ne me soupçonne pas de ce que je n'ai pas fait . On doit faire entendre aux comédiens qu'ils se font un grand tort à aux-mêmes s'ils s'opiniâtrent à me charger de cette iniquité . C'est M. Le Goût, vous dis-je qui a fait cette coyonnerie . Mais comment se porte frère Thieriot ? Il est bien heureux de ne rien commenter . S'il lui fallait faire des notes sur Agésilas et Attila, il serait aussi embarrassé que moi . C'est une terrible entreprise que ce commentaire ; j'y perds mon temps et les yeux .

Voici une petite lettre pour frère d'Alembert : dirons-nous aussi frère Du Molard ? Ce sera comme vous voudrez .

V.

Mille tendres remerciements .

 

Acte troisième, scène première

Après ces mots : Et le vrai sage est encore à trouver, ôtez ce que l'auteur avait mis, et mettez ce qui suit :

Et le vrai sage est encore à trouver.

Craignez surtout le titre ridicule

De philosophe .

 

Le marquis

Oh l'étrange scrupule !

Ce noble nom, ce nom tant combattu,

Que veut-il dire ? Amour de la vertu.

Le fat en raille avec étourderie .

Le sot le craint, le fripon le décrie.

L'homme de bien dédaigne les propos

Des étourdis, des fripons et des sots.

Et ce n'est pas sur les discours du monde

Que le bonheur et la vertu se fondent .

Écoutez-moi ; je suis las aujourd'hui 2.

etc. »

 

1Copie Beaumarchais-Kehl . Voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/article-correspondance-annee-1761-partie-36-122312059.html . Dans cette édition, la présente lettre est amalgamée avec la lettre du 31 août 1761 à Damilaville et l'on ne peut être assuré que la division adoptée ici restaure les textes originaux . Ainsi le passage concernant la « petite lettre » pourrait aussi bien se rapporter à la lettre du 31 août 1761 à d'Alembert et former une troisème lettre .

2 Ce passage est effectivement dans l'acte III, sc. 1 du Droit du seigneur : voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/article-theatre-le-droit-du-seigneur-partie-9-121976709.html, et ne figure pas dans la copie Beaumarchais, mais dans une copie ancienne datée à tort de 1762 .

 

Écrire un commentaire