Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2016

J’attends tout de vous

...

 

 

« A Jean Le Rond d'Alembert

31 d'auguste [1761]

Messieurs de l'Académie françoise ou française, prenez bien à cœur mon entreprise , je vous en prie ; ne manquez pas les jours des assemblées, soyez bien assidus . Y a-t-il rien de plus amusant, s'il-vous-plait, que d'avoir un Corneille à la main, de se faire lire mes observations, mes anecdotes , mes rêveries, d'en dire son avis en deux mots, de me critiquer, de me faire faire un ouvrage utile , tout en badinant ? J’attends tout de vous, mon cher confrère .

Il me parait que M. Duclos s'intéresse à la chose . Je me flatte que vous vous en amuserez, et que je verrai quelquefois de vos notes sur mes marges . Encouragez-moi beaucoup, car je suis docile ; j'aime mieux Corneille que mes opinions ; j'écris vite, et je corrige de même ; secondez-moi, éclairez-moi et aimez-moi . »

 

Commentaires

Heu, Mister James, pourquoi donc ces quelques mots me parlent ? [smiley qui rougit]

Écrit par : Lovevoltaire | 05/08/2016

Répondre à ce commentaire

Chère LoveV soyez sûre que votre émotion m'a dévoilé une part de mon inconscient qui a sans doute dicté le choix de cette citation . En toute confiance … vous pouvez aussi tout attendre de moi . Votre remarque est un vrai cadeau .
Alors, un petit cadeau, pour vous d'abord, et pour tout lecteur d'un naturel curieux et sensé , à lire sans modération : http://www.pileface.com/sollers/spip.php?article1595
Je ne suis pas un inconditionnel de Sollers, mais là, il est remarquable .
Vous et Monsieurdevoltaire doivent lui plaire .
[kissing smiley]

Écrit par : James | 06/08/2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour l'article de Sollers, mis en ligne.

J'ai toujours su pourquoi j'aimais Voltaire.

Il me charme, par sa bravoure, son intelligence, sa force d'entreprendre ce que personne d'autre que lui n'a jamais fait (défendre les causes perdues - Calas, D'Etallonde, Sirven, etc.), son ironie qui me font souvent rire aux éclats lorsque je mets en ligne ses écrits.

Et je sais aussi pourquoi, Mister James, vous me charmez aussi, depuis tant d'années : notre ami en commun, votre humour voltairien, et aussi, tout comme cet ami, votre charme irrésistible.

Bonne soirée à vous.

L.V ou Mzelle Wagnière.

Écrit par : lovevoltaire | 08/08/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire