Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2016

Les formalités sont le poison de la société . Il faut passer par cent mains avant d'arriver à sa destination ; et puis on n'y arrive point . Il semble que d'une province à une autre on soit en pays ennemi . Cela serre le cœur

... Aurait pu rajouter Sarko à son discours de défaite , quoique, à la réflexion, ce qui lui serre le coeur ce soit d'avoir perdu la face ; parti comme un lion il est revenu comme un mouton ! vivent les primaires !

 

Afficher l'image d'origine

 

Petite citation du modeste candidat Fillon à qui on reproche ses prises de positions intégristes ( ou peu s'en faut ) : "D'ailleurs le pape François pense comme moi !" . Nous avons là encore un sujet qui pète plus haut que son cul . A suivre ...

 

 

« A Madame de Champbonin

De Ferney [novembre 1761 ?] 1

Gros chat, je vous ai toujours répondu ; et si vous vous plaignez, ce doit être de mon mauvais style, et non de mon oubli . Il faut que je vous aie écrit dans le goût de La Beaumelle 2 ou quelque autre auteur de cette espèce pour que vous soyez mécontente de moi ? J'aimerai toujours gros chat . On croirait, à votre lettre, que Mme la marquise de *** 3 est rentrée dans sa terre au nom de ses enfants, et que le comte de *** 4 en est chassé . Elle est donc de ces meunières qui ont vendu leur son plus cher que leur farine ? Mon cher gros chat, je ne me console point de notre séparation et de notre éloignement . Je vous amuserais si vous étiez ma voisine . J'ai un des 5 jolis théâtres qui soient en France . Nous y jouons quelquefois des pièces nouvelles . Il nous vient de temps en temps très bonne compagnie de Paris ; et dans mon château bâti à l'italienne, dans ma terre libre, vivant plus libre que personne , je me moque à mon aise de frère 6 N. et de toutes les sottises de ce monde . Je ne me tiens pas tout à fait heureux, parce que je ne partage pas mon bonheur avec vous . Je ne peux que vous exhorter à tirer de la vie le meilleur parti que vous pourrez . Je voudrais pouvoir vous envoyer des livres . On ne sait comment faire . La poste ne veut pas s'en charger . Les formalités sont le poison de la société . Il faut passer par cent mains avant d'arriver à sa destination ; et puis on n'y arrive point . Il semble que d'une province à une autre on soit en pays ennemi . Cela serre le cœur . Voyez-vous quelquefois M. le marquis du Châtelet ? Monsieur son fils 7 m'a écrit de Vienne . Il s'est donné de bonne heure une très grande considération ; cela doit prolonger les jours de monsieur son père . Si vous le voyez, ne m'oubliez pas auprès de lui . Adieu mon cher gros chat . Mes compliments à vos compagnes dont vous faites le bonheur, et qui contribuent au vôtre . Je vous embrasse tendrement . »

1 L'édition « Lettres de Voltaire à Mme de Champbonin » ne donne pas de date ; diverses édition datent la lettre de fin 1761 . si l'indication « de Ferney » était bien sur le manuscrit, décembre est trop tard ; pour l'année voir plus loin à propos du fils du Châtelet . L'édition Lefèvre donne un texte dans lequel les abréviations sont remplacées par des noms complets ; on trouvera ces variantes notées L dans les notes suivantes .

2 L. ajoute : ou de Fréron .

3 L. précise : des Ayvelles .

4 L. ajoute : Contenau .

5 V* a oublié : plus .

6 L. de frère Berthier et des billets de confession, et .

7 Louis, comte de Lomont, plus tard marquis e duc du Châtelet, fut ambassadeur à Vienne du 26 juillet 1761 au 22 juin 1766 .

 

Écrire un commentaire