Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2017

Je conjure cette veuve infortunée de ne pas désespérer, et je supplie tous ses amis de ne se pas effrayer des lenteurs inévitables dans une telle affaire

... Combien de fois , à l'instar de Voltaire, peut-on encore dire cela à toutes ces veuves du fait de ces attentats qui ensanglantent notre globule, et plus particulièrement notre France ?

 Résultat de recherche d'images pour "lenteurs administratives humour"

http://seteici.eu/2013/02/

A la tristesse invincible du veuvage , est-il bien nécessaire que notre administration ajoute l'angoisse du lendemain par ses pinailleries paperassières ?

 

 

« A Henri Cathala

26 juillet [1762]

Monsieur Héron, premier commis du grand conseil, me mande qu'il est très instruit de l'horrible arrêt de T[oulouse] . Il est d'avis qu'on porte à M. de Saint-Florentin la requête au roi signée de la veuve Calas, afin que l'affaire soit portée au conseil des dépêches . J'avais toujours été de cet avis, cette voie m'a paru comme à M. Héron la plus sûre et la plus prompte . Je crois que Mme Calas ou quelqu’un de ses amis bien instruits doit aller sur-le-champ chez M. Héron lui parler avec l'attendrissement le plus touchant et la plus entière confiance . C'est l'homme du monde le plus capable de donner les meilleurs conseils, et de rendre les plus grands services . Il demeure rue Taranne, faubourg Saint-Germain 1 .

J'insiste toujours pour que cette affaire qui doit intéresser le genre humain soit suivie avec une chaleur que rien ne ralentisse .

Je suis d'avis qu'on fasse venir de T[oulouse] une attestation du chirurgien qui soit favorable . Il sera aisé de l'avoir, et ce sera une pièce sur laquelle on pourra commencer le procès .

Depuis cette lettre écrite j'ai vu celle de M. Lavaysse père, et les lettres de Mme C[alas] du 21è juillet .

Je conjure cette veuve infortunée de ne pas désespérer, et je supplie tous ses amis de ne se pas effrayer des lenteurs inévitables dans une telle affaire .

Si M. Mariette est occupé d'autres procès M. d'Argental pourra choisir un autre avocat au conseil .

Mme la m[arquise] de P[ompadour] est très touchée , et on en verra les effets avant qu'il soit un mois . L'Europe entière aura le jugement et les juges en horreur, et cet arrêt de tout le public vaut bien un arrêt du conseil . Il faudra bien que le conseil rende enfin justice quand le public l'aura rendue .

Encore une fois qu'on voie M. Chaban et M. Héron . »

 

Écrire un commentaire