Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2017

Je m'imagine que votre esprit conciliant ne nuira pas à l’œuvre de la paix . Je vois bien des Anglais qui n'en veulent point , mais ils ne songent pas que leur gouvernement doit plus de livres tournois qu'il n'y a de minutes depuis la création

... Ce qui est vrai au sortir de la Guerre de Sept ans au XVIIIè siècle , et selon des calculs voltairiens, n'est que le brouillon de l'actualité du Brexit de notre XXIè siècle ; l'histoire bégaie, les petits esprits sécessionnistes ont encore de belles victoires à la Pyrrhus à leur actif . Diviser pour régner! messieurs les Anglais, c'est loupé !

 http://www.lemonde.fr/referendum-sur-le-brexit/article/20...

 Image associée

 

 

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

A Ferney 25 octobre [1762] 1

Mon cher ange, il est bien juste que M. le comte de Choiseul ait la consolation de vous tenir à Fontainebleau . Je m'imagine que votre esprit conciliant ne nuira pas à l’œuvre de la paix . Je vois bien des Anglais 2 qui n'en veulent point , mais ils ne songent pas que leur gouvernement doit plus de livres tournois qu'il n'y a de minutes depuis la création , j'en faisait le compte avec eux ces jours-ci, et il s'est trouvé juste .

Que M. le comte de Choiseul se garde bien de perdre un temps précieux à écrire à une marmotte des Alpes . C'est bien assez qu'il soit content de mes sentiments et qu'il ait la bonté de m'en assurer par vous .

Je ne sais plus où j'en suis pour Mariamne . Je n'ai point ici votre lettre où vous parliez de quelques changements . Je me souviens seulement que vous me disiez que le second acte n'était pas fini . Cependant Mariamne sort pour aller consulter Dieu, l'honneur et le devoir 3. N'est-ce pas une raison de sortir quand on a de telles consultations à faire ? et ne voilà-t-il pas l'acte fini ? Vous parliez mon divin ange de distribution de rôles 4. Je ne m'en souviens plus . Tous mes papiers sont entassés aux Délices que M. le duc de Villars occupe, mais voici mon blanc-seing tragique que vous ferez remplir comme il vous plaira et que vous appuierez de votre protection .

Nous ne faisons pas comme vous, nous allons rejouer Le Droit du seigneur . Je vous avertis que je joue le bailli, et le grand- prêtre dans Sémiramis, et que je suis fort claqué 5.

Pour Olympie, vous l'aurez quand vous voudrez . Mon ouvrage des six jours est devenu un ouvrage d'un an. Cette maudite opiniâtreté de vouloir faire évanouir Statira sur le théâtre m'avait écarté de la bonne voie . J'y ai mis tous mes soins et mon tout petit savoir-faire .

Je ne me console point de ce que Zulime n'a point dit , j'en suis indigne 6.

Mais ce qui fait ma vraie tribulation, c'est que M. le duc de Choiseul m'a cru l'auteur de cette belle rapsodie anglaise, c'est qu'il me l'a écrit (avec bonté il est vrai), mais cette bonté est affreuse . J'en ai été outré, et je lui ait dit bien des injures 7 qu'il mérite . Il faut absolument que M. le comte de Choiseul le gronde .

Il est vrai que M. le duc de Richelieu se porte fort bien, et qu’il en a donné de belles preuves . Mais de moi, ce n'est pas de même . De vingt-quatre heures j'en souffre dix-huit . Je griffonne les six autres, et je vous aime tous les moments de ma vie .

V. »

1 A cause d'une tache sur la copie Beaumarchais, l'édition de Kehl place cette lettre en novembre, suivie par les autres éditions .

2 L'un de ces Anglais peut avoir été William Guise (qui sera fait baronnet) ; voir de Beer-Rousseau, page 55 et : https://en.wikipedia.org/wiki/Sir_William_Guise,_5th_Baronet

4 La représentation suivante de la pièce n'eut lieu que le 7 septembre 1763 .

5 A savoir : applaudi .

7 Ces « injures » ne sont pas connues .

Écrire un commentaire