Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2018

Je ne sais quelle maligne influence est tombée sur ce pauvre peuple ; mais il m’est avis qu’il est sorti de son élément, qui était la gaieté

...

 

« A Louis-François-Armand du Plessis, duc de Richelieu

A Ferney , 22 juin [1763]

Si je pouvais rire, monseigneur le grand médecin, ce serait de voir maître Omer de Fleury usurper vos droits, et se mêler de l’inoculation en plein parlement, sans vous avoir consulté. Cet ennemi de l’inoculation a pourtant gardé madame de Forcalquier, et fait des vers pour Tronchin, non pas le fermier-général, mais Tronchin l’inoculateur. Vous me direz que ces vers valent sans doute sa prose ; et vous aurez raison. Mais avouez qu’il est plaisant de voir le parlement donner un arrêt contre la petite-vérole. Il est bien clair que la faculté de médecine sera contre l’inoculation, et que la sacrée faculté sera de l’avis de l’autre. Tout le monde viendra se faire inoculer à Genève ; il faudra agrandir la ville. Je crois que madame la comtesse d’Egmont a eu la petite-vérole . C’est bien dommage . Sans cela nous l’inoculerions, et nous lui donnerions des fêtes. Je voudrais bien, pour la rareté du fait, voir, avant de mourir, M. le maréchal amener sa fille dans notre pays huguenot. Le bruit a couru que vous alliez troquer votre gouvernement de Guyenne contre celui de Languedoc . C’était une grande joie chez toutes les parpaillotes. Cependant il paraît que votre nation n’est pas si aimable que vous . Elle est toute rassotie 1 de vos lits de justice et de vos parlements, qui ne veulent pas obtempérer.

Je ne sais quelle maligne influence est tombée sur ce pauvre peuple ; mais il m’est avis qu’il est sorti de son élément, qui était la gaieté. Pour moi, il est vrai que je suis aussi dérouté que la nation ; mais je suis vieux, aveugle, et sourd ; et ces petits agréments ne rendent pas un homme excessivement folâtre. Il n’appartient qu’aux héros d’être toujours gais . Vous le serez quand vous aurez mon âge, et fort au-delà. Avec de la santé, de la gloire, de grands établissements, de l’esprit, des amis, on peut se livrer tout naturellement à une joie honnête.

Vous protégez donc de près mademoiselle d’Epinay 2. Cela dit qu’elle est buona roba 3, mais cela ne dit pas qu’elle soit bonne actrice. Qu’elle soit ce qu’il vous plaira, j’obéis à vos ordres de très grand cœur.

Je me prosterne devant votre force permanente, et devant vos agréments toujours nouveaux, devant votre esprit aussi sensé que gai, qui met aux choses, leur véritable prix, et qui sait très bien que la vie n’est qu’un pèlerinage qu’il faut semer de coquilles et de fleurs. Ma philosophie est la très humble servante de la vôtre 4.

Ed in tanto la riverisco sommamente con ogni ossequio 5.

V. »

1 Rassotie est une forme des dialectes du nord (picardie, etc.) de rassotée .

2 Sur les rapports de Richelieu et Mlle d'Epinay, voir lettre du 23 décembre 1762 à d'Argental : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2017/10/30/temp-je-ne-vois-pas-comment-on-pourrait-supposer-que-des-anglais-qui-se-piq.html

3 C'est-à-dire « une bonne marchandise » .

4 Souvenir de Molière, Le médecin malgré lui, II, 4 : « Ma médecine est la très humble esclave de votre nourricerie. »

5 Et cependant je vous révère parfaitement avec tout le respect possible .

Écrire un commentaire