Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2018

Je suis bien aise de ne point parler en mon nom, il y a toujours quelque ridicule à parler de soi

... Qu'on se le dise, cher(e)s autobiographes de tout poil !

Je mets dans le même sac les logorrhéiques des réseaux dits so-ciaux (en réalité commer-ciaux ) .

Heureusement pour vous, le ridicule ne tue pas, en tout cas pas physiquement . Longue vie à vous dont les heurs et malheurs font rire et pleurer dans les chaumières .

 Image associée

 

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

6è juillet 1763 à Ferney 1

Mes divins anges sauront que je ne sais rien de la Gazette littéraire à laquelle ils s'intéressent ; il est toujours fort singulier qu'après les peines que je me suis données, les auteurs ne m'aient rien fait dire, et ne m'aient pas envoyé une de leurs gazettes : ne trouvez-vous pas cela fort encourageant ? Mes anges servire e non gradire e una costa per far morire 2.

Le président Hénault 3 m'a envoyé une préface anglaise en son honneur, qui est à la tête de la traduction de sa chronologie ; il ne me parle que de cela, et date de Versailles, et moi je ne lui parle point de la traduction anglaise de l'Histoire générale , je ne parle de cette histoire qu'à vous ; nous avons imaginé avec Cramer une tournure, pour que le parlement ne soit pas fâché, et nous vous enverrons incessamment le petit avertissement . Je suis bien aise de ne point parler en mon nom, il y a toujours quelque ridicule à parler de soi .

M. de Thibouville crie toujours après un cinquième acte, vraiment j'ai bien d'autre chose à faire, il faut attendre que l'inspiration vienne ; malheur à qui fait des vers quand il le veut, quiconque n'en fait pas malgré soit , en fait de mauvais .

Mes anges, je veux que vous vous amusiez de ma lettre à M. Hellot 4, elle est historique, et quand vous l'aurez lue, je vous supplie de la lui faire remettre . Toutes ces lettres me font perdre du temps, et vous savez que le temps perdu ne se retrouve jamais .

Permettez encore ce petit billet pour Lekain 5. Il vous apprendra que je suis le plus grand acteur qu'il y ait en Suisse . J'ai joué à l'âge de près de soixante-dix ans Gengis Khan avec un applaudissement universel . Nous avions parmi les spectateurs une espèce de Kalmouk, qui disait que je ressemblais à Gengis Kan comme deux gouttes d'eau, et que j'avais le geste tout à fait tartare, mais Mme Denis jouait encore mieux que moi, s'il est possible .

Je n'ai pas encore le moment de remercier la muse limonadière 6.

Respect et tendresse .

V. »

1 L'édition de Kehl, suivie par les autres, supprime le 4è paragraphe et remplace le dernier et la formule par un morceau emprunté à la lettre du 29 juillet 1763 : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/06/correspondance-annee-1763-partie-24.html

2 Proverbe italien, enregistré par Gino Capponi dans Raccolta di proverbi toscani, 1891 ; servir sans agréer est pour faire mourir .

3 Des extraits de la lettre du 29 juin 1763 d'Hénault nous sont parvenus ; la traduction en question est A new chronological abridgment of the history of France, translated […] by M. [Thomas] Nugent […], 1762 .

4 Hellot avait adressé à V* , le 28 juin 1763, une longue lettre sur « la princesse veuve du czarevitz, fils de Pierre le Grand », « encore vivante » sous le nom de Mme de Madagne, « au village de Vitry, près Paris » ; la réponse de V* n'est pas connue .

Écrire un commentaire