Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2018

Comme vous m'avez dit que vous couriez tout le jour pour avoir toutes les raretés du pauvre pays

... cessez de vous poser la question, monsieur le président et monsieur le premier ministre : "prélèvement de l'impôt à la source ou pas ?". Les pays où cela se pratique n'ont pas passé des mois et des années à se demander si les contribuables seraient chagrinés, vexés, inquiets, frustrés . Soyons raisonnables et lucides , cette forme de prélèvement est plutôt un soulagement, il n'y a plus à se dire "Oh ! là, là ! J'ai trop dépensé et j'ai mon tiers provisionnel à payer . Je fais un découvert ? un emprunt ? une kyrielle de courriers pour avoir un délai ?", ce qu'on touchera au bout du mois sera du cash totalement disponible et c'est tout , on n'en sera ni plus riche ni plus pauvre qu'avant .

Il serait regrettable qu'on se retrouve avec un gouvernement "à la Hollande", style "j'y va-t-y, j'y va-t-y pas ! oula, j'y va plus "

 http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/08/30/25001...

 Résultat de recherche d'images pour "j'y va ti j'y va ti pas"

 

 

« A Jean-Philippe Fyot de La Marche

A Ferney, 6 septembre [1763]

Monsieur,

Comme vous m'avez dit que vous couriez tout le jour pour avoir toutes les raretés du pauvre pays de Genève, j'en ai moins de remords de ne vous pas faire ma cour aux Trois Rois, mais je suis inconsolable d'avoir profité si peu de votre apparition chez les Allobroges . Je vous supplie de pardonner à ma misérable santé qui s'oppose à mes devoirs et à mes plaisirs . Agréez au moins le respect et l'attachement avec lesquels j'ai l'honneur d'être, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire. 

M'est-il permis de présenter mon respect à Mme de La Marche et à vos compagnons de voyage ?»

Écrire un commentaire