Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2020

ne pas même écrire un mot de bonté et d'honnêteté sur cette affaire

... Non ! pas un mot sur l'affaire Benjamin Griveaux . La politique nous habitue à voir des coups en dessous de la ceinture, n'est pas impunément Rocco Siffredi qui veut .  Quant au salopard russe, ses menaces sont du vent , du bluff comme dans les romans de voyous, qu'on le mette derrière les barreaux cet artiste bidon  .

 

 

« A Sébastien Dupont

A Ferney, 14 décembre 1764

[…] Comment fera dorénavant votre insolent frère Croust et les quatre maroufles qui faisaient accroire au Conseil souverain qu'ils avaient tout crédit à Versailles ; et que frère Croust minor 1, confesseur de la Dauphine, gouvernait le royaume ?2

Je n'ai nulle nouvelle certaine des autres édits concernant les finances ; je ne me mêle que des miennes , qui étaient en assez mauvais ordre, et que je cherche à rétablir par les contrats que vous voulez bien faire . M. le prince Louis de Virtemberg, qui est à Lausanne, persiste à ne pas même écrire un mot de bonté et d'honnêteté sur cette affaire . Je veux respecter ses motifs, et croire que si malheureusement on perdait un jour monsieur le duc régnant, le prince Louis, son successeur, ne manquerait pas de faire justice à mes héritiers ; il a trop d'honneur pour ne pas acquitter de dettes si légitimes .

Adieu, mon cher ami, Mme Denis et moi , nous vous embrassons tendrement .

Voltaire. »

2 On doit se souvenir que la société des jésuites vient d'être dissoute en France .

Écrire un commentaire