Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2020

De quelque manière qu’on veuille expliquer la chose, le fond est si obscur, et si mal exprimé, qu'il est impossible de l'attribuer à un ministre

... Et pourtant si !

Et pas seulement le 1er avril !

Vous voulez un nom ? Muriel Pénicaud , -ministre du Travail, pour mémoire- remarquable oratrice aux idées aussi claires que son expression qui donnent une idée du noeud gordien : Alexandre, au secours !

23 mars 2020 – Télétravail d'intérêt national | Blagues et Dessins

Et n'oublions pas Sibeth Ndiaye, Gaston Lagaffe triste, plus proche d'un Grincheux mâtiné de Simplet, qu'elle reste non seulement confinée, mais muette , elle ne nous manquera pas . Au passage, je souligne la lâcheté du Point qui condamne Bernard Mabille au motif qu'il serait coupable de racisme envers cette dame pour l'avoir moquée (à juste titre, si on ne veut pas être faux-cul ! ) : https://www.ozap.com/actu/-le-point-des-excuses-apres-une...

Sibeth Ndiaye, décontractée de la communication | Urtikan.nethttps://www.urtikan.net/dessin-du-jour/sibeth-ndiaye-deco...

 

 

 

« A Jean-François Gamonet

[vers le 20 janvier 1765] 1

L'auteur du mémoire veut justifier, sur trois points, le faussaire qui prit le nom du cardinal de Richelieu .

Le premier chef est celui de la taille, que le prétendu Testament politique propose de faire payer à toutes les cours supérieures .

L'auteur du mémoire dit que les seigneurs en Flandre sont soumis à la taille ; mais il ne peut inférer de là que le parlement de Paris et la Chambre des comptes doivent la payer ; en voici la raison évidente .

L'impôt sur les terres ayant toujours été payé dans la Flandre autrichienne comme en Angleterre, sans distinction de personnes, n'est point avilissant ; il l'est en France ; il n'a jamais été imposé que sur les roturiers qui représentent les anciens serfs de la glèbe 2. Il serait également odieux et impraticable de réduire les premiers magistrats du royaume à la condition des anciens serfs, de leur ôter jusqu’au privilège des bourgeois de Paris, et de mettre quelquefois un chancelier et un premier président dans la dépendance d'un collecteur de village . Cette idée est si ridicule qu’elle ne mérite pas d'être réfutée 3.

Le second chef est l'idée non moins absurde d'enrôler la noblesse, et de la faire servir par force dans la cavalerie . Si le cardinal de Richelieu avait fait une telle proposition, il eût mérité que la noblesse assemblée l'eut condamné à lui demander pardon à genoux 4.

Le troisième point est le galimatias sur les finances qu'on trouve au chapitre 9 du Testament politique .

L'auteur du mémoire explique très bien ses propres idées, mais l'auteur du Testament exprime très mal les siennes . On ne peut donner un sens raisonnable à ce chapitre 9 du Testament, même en entendant tout le contraire de ce qu'il dit .

Les premières rentes constituées, dit-il, sur la taille qui se vendent d'ordinaire au denier cinq, ne doivent être considérées et remboursées que sur ce pied .

Ces rentes sur les tailles avaient d'abord été constituées au denier seize, c'est-à-dire, elles rendaient six et un quart du capital par année .

Le faussaire, qui après le nom du cardinal de Richelieu, propose de rembourser au denier cinq, veut-il dire dans soin langage inintelligible, qu'on remboursera le capital de rente de six un quart, comme si on remboursait le capital de la rente de cinq ? Cela est absurde . Veut-il dire qu'on remboursera au denier vingt le capital établi au denier seize ? C'est encore la même ineptie, car le roi rembourserait plus qu'il n'aurait reçu .

De quelque manière qu’on veuille expliquer la chose, le fond est si obscur, et si mal exprimé, qu'il est impossible de l'attribuer à un ministre .

De ces rentes sur les tailles, créées en divers temps, et en divers deniers, les unes se vendaient un peu plus, les autres un peu moins dans le public, mais je ne connais aucun traité sur les finances, aucun livre, aucun mémoire dans lequel il soit dit que ces capitaux perdissent soixante et quinze pour cent dans le commerce .

Cette supposition d'un capital de cent mille livres réduit à vingt cinq mille livres, ne pourrait encore disculper l'auteur du Testament politique . Car supposons que je vous rembourse vos vingt cinq mille livres à cinq pour cent, c’est-à-dire au denier vingt ( que le Testament appelle mal à propos le denier cinq) ; comment en sept ans et demi vous aurai-je remboursé la rente de vingt-cinq mille livres à cinq pour cent , c'est-à-dire au denier vingt ? Ce denier vingt toujours appelé le denier cinq dans le Testament, ferait au bout de sept ans et demi 18 750 livres et non pas vingt-cinq mille livres . L'auteur du mémoire qui cherche à jeter quelque jour sur ce chaos, et qui veut pallier les erreurs du faussaire, imagine que par le denier cinq on peut entendre qu'un contrat qui valait d'abord deux mille francs de fond n'en valait plus que cinq cents. Mais certainement cinq cents sont le quart de deux mille et ne sont pas le denier cinq 5.

Quand le fils de Samuel Bernard, maître des requêtes et surintendant de la maison de la reine, fit une banqueroute de quatre millions, dans laquelle je fus compris pour cent mille livres, on nous fit espérer d'abord que nous ne perdrions que soixante-quinze pour cent ; on ne nous dit pas, messieurs, vous serez remboursés au denier cinq ; mais il n’y eut point de calcul à faire car nous perdîmes tout 6.

Enfin de quelque façon qu'on s'y prenne, le Testament reste un monument d'absurdité que les ignorants admirèrent, séduits par un grand nom 7. On a souvent approuvé des livres comme on en a condamné d'autres , sans les lire 8.

P.-S. – L'auteur de cette réponse présente ses très humbles obéissances à monsieur de Villette et à monsieur Gamonet . »

1 Le texte donné ici est tiré de la copie contemporaine qui semble littérale ; elle est disposée sur deux colonnes : à gauche la lettre de V*, à droite les réponses de Gamonet, qu'on donne dans les notes qui suivent ici .

2 Voir : page 13 , http://corpusrural.free.fr/Textes_pdf/VANDERPOOTEN_Michel_Voltaire.pdf

et « M. de Voltaire ignorerait-il que dans le gouvernement primitif des iles Britanniques les peuples étaient serfs comme dans toute la Gaule ? Nous sommes aussi différents qu'eux aujourd'hui de ce qu'eux et nous étions alors . S'ils ont redressé le reste de l'ancienne barbarie qui leur était commune avec nous, pourquoi ne la redresserions-nous pas aussi ? Et qu'y aurait-il de plus avilissant pour un chancelier de France à payer la taille que pour un chancelier d’Angleterre ? avilissant de participer aux moyens nécessaires à la défense commune ? Bon Dieu ! est-ce bien M. de Voltaire qui parle ainsi ? Dans ce cas, que toute la noblesse serve donc sans être soudoyée, c'est la condition sous laquelle elle fut exemptée de la taille représentée chez elle par l'obligation au service personnel, mais si elle se dispense de servir quand elle le veut, et si en servant elle reçoit une solde, des pensions, dès lors son service n'est pas plus gratuit que celui des roturiers et par conséquent le motif de son exemption cesse de droit . »

3 « En ce cas là M. de Voltaire a donc eu tort de blâmer le contraire, car il a voulu dire quelque chose lorsqu'il a dit que Ce pays serait digne des Hotentots où l'un payerait et l'autre ne payerait : nous sommes sûrement ces mêmes Hotentots dont il a voulu parler, il fallait donc ne pas blâmer alors leur usage ou ne pas l'approuver aujourd'hui . »

4 « Mais qu'est-ce donc que le ban et l'arrière-ban et qu'étaient donc nos anciennes compagnies de cent hommes d'armes ? »

5 « M. de Voltaire ni moi ne savions pas, quand nous avons écrit, qu'il paraîtrait en décembre 1764 un édit qui exécuterait ce que propose le Testament politique, et dans lequel toute ma façon d'expliquer une opération fort claire en soi serait convertie en chose de fait : M. de Voltaire qui ne m'a répondu qu'en février 1765  aurait pu cependant connaître cet édit,mais selon toute apparence,il ne l'avait pas encore vu . »

6 « Cette historiette ne se rapporte pas plus à ma question qu'à la déposition du dernier grand visir . »

7 « Pas plus absurde, cependant, que ne l'est toute cette réponse-ci . »

8 « Peut-être n'est-il pas un auteur qui n'y ait gagné par-ci par-là. »

Écrire un commentaire