Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2021

Vous savez que ma maxime est de remplir tous mes devoirs aujourd’hui, parce que je ne suis pas sûr de vivre demain. On m’a mandé depuis qu’il fallait attendre

... Ce qui tombe fort à propos, moi qui suis un modèle de procrastination , pour ce qui me regarde seulement , il est vrai.

définition humour procrastiner bd dessin - Blog BD dessin humour citation

https://www.flym.fr/bd/2018/04/definition-humour-procrast...

 

« A Etienne-Noël Damilaville

8 septembre 1766 1

J’ai bien des choses à vous dire, mon cher ami ; premièrement, dès que M. de Beaumont m’eut écrit qu’il fallait demander M. Chardon pour rapporteur, je n’eus rien de plus pressé que de faire ce qu’il me prescrivait 2. Tout malade et tout languissant que je suis. Vous savez quelle est mon activité dans de pareilles affaires 3. Vous savez que ma maxime est de remplir tous mes devoirs aujourd’hui, parce que je ne suis pas sûr de vivre demain. On m’a mandé depuis qu’il fallait attendre ; je ne pouvais pas deviner ce contrordre. Tout ce que je peux faire est de ne pas réitérer ma demande. Je vous supplie de le dire à M. de Beaumont.

Je suis déjà tout consolé, et Sirven l’est comme moi, si l’on ne peut pas obtenir une évocation. Ce sera beaucoup pour lui si l’on imprime seulement le mémoire de M. de Beaumont 4. Il est si convaincant et si plein d’une vraie éloquence qu’il fera également la gloire de l’auteur et la justification de l’accusé. Le public éclairé, mon cher ami, est le souverain juge en tout genre ; et nous nous en tenons à ses arrêts, si nous ne pouvons en obtenir un en forme juridique.

La seconde prière que je vous fais, c’est de m’envoyer le factum pour feu M. de La Bourdonnais 5.

J’ai une troisième requête à vous présenter au sujet de ce Robinet qu’on dit être l’auteur de la Nature 6, et qui certainement ne l’est pas : car l’auteur de la Nature sait le grec, et ce Robinet, l’éditeur de mes prétendues Lettres 7, cite dans ces Lettres deux vers grecs 8, qu’il estropie comme un franc ignorant . On voit d’ailleurs dans le livre une connaissance de la géométrie et de la physique que n’a point le sieur Robinet. Enfin ce Robinet est un faussaire. Il est triste que de vrais philosophes aient été en relation avec lui.

Vous savez qu’il a fait imprimer dans son infâme recueil la Lettre que je vous écrivis sur les Sirven l’année passée 9. Ne sachant pas votre nom, il vous appelle M. Damoureux . Il dit 10, dans une note, « qu’il a restitué un long passage que le censeur n’avait pas laissé passer 11 dans l’édition de Paris 12 ».

Ce passage, qui se trouve à la page 181 de son édition, concerne Genève et Jean-Jacques Rousseau 13. Il me fait dire « qu’il y a une grande dame de Paris qui aime Jean-Jacques comme son toutou 14. » Vous m’avouerez que ce n’est pas là mon style ; mais cette grande dame pourrait être très fâchée, et il ne faut pas susciter de nouveaux ennemis aux philosophes.

Je vous prie donc, au nom de l’amitié et de la probité, de m’envoyer un certificat 15 qui confonde hautement l’imposture de ce malheureux. S’il y a eu en effet un censeur par les mains de qui ait passé cette lettre que vous imprimâtes, réclamez son témoignage . S’il n’y a point eu de censeur, le mensonge de Robinet est encore par là même pleinement découvert, puisqu’il prétend restituer un passage que le censeur a supprimé. Vous voyez qu’il faut combattre toute sa vie. Tout homme public est condamné aux bêtes ; mais il est quelquefois indispensable d’écraser les bêtes qui mordent. Je me chargerai de faire mettre dans les journaux ce désaveu. J’y ajouterai quelques réflexions honnêtes sur les indécences et les calomnies dont les notes de ce M. Robinet sont chargées.

Je crois qu’on a bien oublié actuellement dans Paris des choses que les âmes vertueuses et sensibles n’oublieront jamais. Je voudrais qu’on aimât assez la vérité pour exécuter le projet proposé à M. Tonpla. Est-il possible qu’on ne trouvera jamais quatre ou cinq avocats pour plaider ensemble une si belle cause ?

Adieu, mon très cher ami. Écr. l’inf. »

1Edition de Kehl avec variantes signalées en notes .

2 La lettre où Voltaire fait cette demande manque.

3 Toutes les éditions donnent dans ces sortes d'affaires, d’après la copie Beaumarchais .

4 Pour les Sirven ; Voltaire en parle ici de confiance, à moins qu’il n’en ait vue le plan ou une partie, car, un mois après, le Mémoire n’était pas encore fait .

6 Sur ce livre De la nature voir lettre du 6 décembre 1761 à Damilaville : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2016/12/07/est-ce-du-vieux-est-ce-du-nouveau-est-ce-du-bon-5883799.html

7 Les Lettres de Voltaire à ses amis du Parnasse ; voir lettre du 5 septembre 1766 à Damilaville : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2021/11/30/vous-voyez-que-tout-ce-qui-se-passe-est-bien-desagreable-pou-6352334.html

8 Dans la lettre à Deodati de Tovazzi, du 24 janvier 1761 ; voir: https://fr.wikisource.org/wiki/Correspondance_de_Voltaire/1761/Lettre_4432

9 Le manuscrit donne simplement : l'année passée et dit […].

11 Mot remplacé dans les éditions par substituer .

12 Lettres […] page 170 .

13 Lettres […] page 182 ;

15 Voir ce certificat, : https://fr.wikisource.org/wiki/Appel_au_public/%C3%89dition_Garnier

Damilaville fournit effectivement ce certificat, daté du 17 septembre 1766, et Voltaire le fit figurer dans son « Appel au public contre un recueil de prétendues lettres de M. de Voltaire . », Journal encyclopédique, 15 novembre 1766 .

Écrire un commentaire