Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2022

La tête me tourne de toutes ces éditions

... affirme , pour sa défense, Amazon qui vient de faire une grosse boulette vis-à-vis d'Apple : https://www.presse-citron.net/apple-enrage-amazon-se-trom...

Où en est l'action Apple après de coup d'épingle dans son chiffre d'affaire ? Y-a-t-il du suicide dans l'air pour Steve Jobs, Steve Wozniak, Ronald Wayne ?

https://fr.finance.yahoo.com/quote/AAPL/history/?guccounter=1&guce_referrer=aHR0cHM6Ly93d3cuZ29vZ2xlLmNvbS8&guce_referrer_sig=AQAAAHcnDyC6iXTjuO0qAoAAlr6Ba74akhfqhbmlNaj9H44AKGI7Llr37XZZ_j4iRwm51V-oC59PCHRFknM5WPIzR4c31U51yF9tU2kO0wdFvBUGR_u2nxVvsCcSqlKuJ8v8UON2jOUndAutoU2wHh3XArVWPNVqa-fSgdNFLHp--TYc

 

 

 

« A Jacques Lacombe

Libraire

Quai de Conti

à Paris

Acte Ier, scène 3

Sozame

Je mourrais trop content si ma chère Obéide

Haïssait comme moi cette cour si perfide .

Pourra-t-elle en effet penser dans ses beaux ans

Ainsi qu'un vieux soldat détrompé par le temps ?

Tu connais cher ami mes grandeurs éclipsées,

Et mes soupçons présents, et mes douleurs passées

etc.

 

Acte IVè, scène 6

Dans un même sépulcre enferme-nous tous deux.

 

Sozame

Trois amis y seront, ma douleur te le jure.

Mais déjà l'on s'avance, on venge notre injure ;

Nous ne mourrons pas seuls .

 

Hermodan

Je l'espère ; j'entends

Nos tambours, nos clairons, les cris des combattants,

Nos Scythes sont armés – dieux, punissez les crimes !

Que les cœurs innocents ne soient plus vos victimes

Ayez pitié d'un père

etc.

 

La tête me tourne de toutes ces éditions . Il y a pourtant cinquante ans que j'en use ainsi . Tout cela se débite ; au moins chez les épiciers .

Dites-moi donc, je vous en prie, si c'est en effet l'abbé Fouchet qui es l’auteur du Supplément à la Philosophie de l'histoire .

15è mai 1767 .

 

Plus – Acte IIIè, scène 3, 4è vers,

Dans notre obscur asile on voit ce qui l'amène .

corrigez :

Dans notre heureux asile on voit ce qui l'amène. »

Écrire un commentaire