Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2016

Je trouve cette affaire si comique, que je la poursuis très sérieusement

... http://www.20minutes.fr/economie/1884295-20160707-budget-...

Les affirmations de l'opposition actuelle me font grincer des dents et me rassurent à la fois : le "grand foutage de gueule" est toujours d'actualité, -- j'ai eu un peu peur que seulement des vérités soient enfin dites,-- et on en connait quelques acteurs de première grandeur chez Les Républicains qui lèchent les bottes (hors de prix, avec talonnettes) du candidat/pas candidat/tout en étant candidat, Sarko le fumiste et  profiteur .

Ils ont bonne mine de prédire le pire, eux qui n'ont certes pas laissé des finances saines quand ils se sont fait renvoyer dans leurs vingt-deux mètres . Beaux donneurs de leçons .

D'un autre côté, M. Sapin n'arrête pas de se prendre les pieds dans le tapis .

Ah ! oui , au fait, comme donneurs de leçons, les footeux en bleu peuvent-ils être donnés en exemple ? France 2 - Allemagne 0 , ça n'empêchera pas l'Allemagne de gagner sur le plan économique mes chers contribuables !

 France's forward Antoine Griezmann (2L) scores a goal past Germany's goalkeeper Manuel Neuer (C) during the Euro 2016 semi-final football match between Germany and France at the Stade Velodrome in Marseille on July 7, 2016."La politique est dégueulasse parce que les hommes qui la font la rendent dégueulasse" Michel Rocard .

 

 

« A Louise-Florence-Pétronille de Tardieu d'Esclavelles d'Epinay

[Madame de La Live d'Epinay

place Vendôme

à Paris]

5è auguste [1761] à Ferney

J’aurai mon corps-saint 1, madame, malgré toutes vos plaisanteries ; et si je n’ai pas un corps entier, j’aurai du moins pied ou aile. Je trouve cette affaire si comique, que je la poursuis très sérieusement ; et j’aurai traité avec le ciel avant que vous vous soyez accommodée avec l’Angleterre.

Puisque vous avez, madame, frère Saurin à la Chevrette, je vous prie de vouloir bien vous charger d’une négociation auprès de lui. Vous savez que malgré les calamités du temps il y a quelques souscriptions en faveur de la race de Corneille. Je ne sais pas encore si nos malheurs ne refroidiront pas bien des gens ; mais je travaille toujours à bon compte. J’ai commenté le Cid, Cinna, Médée, Horace, Pompée, Polyeucte, Héraclius, Rodogune . Beautés, défauts, fautes de langage, imitation des étrangers, tout est remarqué au bas des pages pour l’instruction de l’ami lecteur. J’ai envoyé à notre secrétaire perpétuel de l’Académie une préface sur le Cid, et toutes les notes sur les Horaces. Je voudrais bien que M. Saurin, mon confrère, voulût aller à l’Académie, et examiner un peu ma besogne ; personne n’est plus en état que lui de juger de cet ouvrage , et il est bon qu’il ait la sanction de l’Académie, à laquelle il sera dédié.

Quelque chose qui arrive à notre pauvre patrie, Corneille sera toujours respectable aux autres nations, et j’espère que mon petit commentaire sera utile aux étrangers qui apprennent notre langue, et à bien des Français qui croient la savoir.

Je m’unis toujours aux saintes prières de tous les frères . M. le duc de Villars a pris possession de mes petites Délices  -- j’espère qu’il ne lui arrivera pas ce qui vient d’arriver à un beau-frère de M. de La Popelinière, et à un abbé d’Héricourt, conseiller de grand’chambre, qui se sont avisés de venir mourir à Genève pour faire pièce au docteur Tronchin. L’abbé d’Héricourt est une perte, car il était prêtre et conseiller ; et malgré cela il n’était ni fanatique, ni fripon.

J’ai dans l’idée, madame, que nous n’aurions point perdu Pondichéry, si M. Dupleix y était resté ; il avait des ressources, nous n’aurions point manqué de vivres; cette belle aventure me coûte le quart de mon bien.

Adieu, madame ; je désespère de vous revoir, mais je vous serai toujours bien respectueusement attaché.

Une grosse fluxion sur les deux yeux me prive de l’honneur de vous écrire de ma main.»

1 C'est-à-dire les reliques demandées à Rome ; ce mot subsiste encore comme nom propre, par exemple en Ille-et-Vilaine . Voir lettre du 23 juin 1761 au pape Clément XIII : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2016/05/21/dans-ce-climat-un-jour-de-travail-perdu-detruit-souvent-toute-l-esperance-d.html

et lettre du même jour au cardinal Passionei : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2016/05/22/notre-eveque-est-savoyard-et-refuse-aux-savoyards-la-permiss-5805058.html

 

 

Écrire un commentaire