Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2016

rien n’arrive de ce qui est vraisemblable

... Alors, là, tout est à craindre pour les prochaines élections, tant aux  USA qu'en France .

 Afficher l'image d'origine

Fanfoué contre Nicolas, Hillary contre Donald, au fond, histoire de gros sous !

 

 

 

« A Louise-Dorothée von Meiningen, duchesse de Saxe-Gotha

A Ferney 7 septembre 1761 1

Madame, j’ai aujourd’hui deux yeux. Je m’en suis servi bien heureusement pour lire la lettre dont Votre Altesse sérénissime m’honore, et ils conduisent ma main, que mon cœur conduit toujours quand j’ai l’honneur de vous écrire. Je me hâte de profiter de la grâce que me fait la nature de me rendre des yeux, car peut-être me les ôtera-t-elle demain.

On ne s’attendait pas, ce me semble, madame, que le roi d’Angleterre envoyât chercher si loin une femme 2 . Il en aurait trouvé de bien aimables et de bien élevées sur la route ; rien n’arrive de ce qui est vraisemblable. La plus belle chose qu’on ait jamais vue contre la vraisemblance, c’est un prince de l’Empire qui s’est défendu seul pendant six ans contre les trois quarts de l’Europe ; mais ce que tout le monde devait bien prévoir, c’est le rôle pitoyable que nous avons joué sur mer, la perte de nos colonies et la perte de notre argent. Je me console avec Corneille de nos désastres : nous commencerons incessamment l’impression des tragédies et du commentaire . Tout est examiné auparavant par l’Académie française. Il faut que cet ouvrage serve à fixer la langue, et qu’il ait une authenticité qui serve à jamais d’instruction et de règle. L’Académie seule pouvait donner une telle autorité à mes doutes, et c’est elle qui décide. Votre protection, madame, est mon plus grand encouragement. L’ouvrage sera donné tome à tome, et en contiendra plus de dix.

Le papier me manque pour dire à Votre Altesse sérénissime combien je suis pénétré de ses bontés, et pour me mettre à ses pieds. 

V.»

1 L'édition Voltaire à Ferney place la lettre en 1760, repris par Moland . La lettre à laquelle répond V* n'est pas connue .

2 George III devait épouser Charlotte de Mecklembourg-Strelitz le 8 septembre 1761 . Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Charlotte_de_Mecklembourg-Strelitz#Mariage_avec_George_III

 

Écrire un commentaire