Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2016

Je pense qu'il ne s'agit plus de discuter les choses qui ont été tant rebattues

... Aussi, je me tais .

Afficher l'image d'origine

Montrez-moi quelque chose que je n'ai jamais vu .

http://www.3bisf.com/spip.php?page=saison

 

 

« A Louis-Gaspard Fabry

19 [novembre 1761] Ferney

Il est évident mon cher monsieur que le mémoire contre notre pauvre petite province a été suggéré par quelqu’un des employés dans le sel et dans le tabac . Car d'où M. d'Érigny pourrait-il savoir qu'il y a eu dans ce pays-ci une dupe qui a acheté des terres au denier soixante , la malignité de nos ennemis conclut de ce que j'ai fait un mauvais marché, que le pays est la terre promise ? C'est très mal conclure . J'écris à M. Bouret mon ami 1, frère de M. d'Érigny, une lettre assez forte dans laquelle j'allègue les mêmes raisons à peu près que vous verrez dans le projet de mémoire que je vous envoie suivant vos ordres, pour que vous ayez la bonté de le rectifier . Je pense qu'il ne s'agit plus de discuter les choses qui ont été tant rebattues, mais qu'il faut s'attacher dans notre mémoire à mettre le conseil de notre côté, à faire sa propre affaire de la nôtre, à intéresser M. de Trudaine qui se trouve compromis, sans trop offenser les fermiers généraux que nous supposons être trompés par un de nos ennemis .

L’arrangement du sel forcé est si raisonnable que nous devons espérer beaucoup de la fermeté de M. de Trudaine, des bons offices de monsieur l'intendant et même de la conversion de M. d'Érigny .

Donnez-moi d'ailleurs vos ordres et soyez sûr monsieur de mon zèle pour le bien public et de l'attachement pour votre personne avec lequel je serai toute ma vie,

monsieur,

votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire . »

 

Écrire un commentaire