Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2017

il faut que je vous dise une chose très consolante pour les femmes.... La partie par où l’on pense ne s’est point affaiblie en elle

... J'adore ce type de périphrase voltairienne . Elle nous laisse loisir à en prendre le contrepied , malignement sans doute, la partie qui pense chez l'homme pouvant singulièrement n'être ni unique, ni dispensée de faiblesse(s), vous le savez mesdames . 

 Afficher l'image d'origine

Mme Lullin , I presume !

 

 

« A Marie de Vichy de Chamrond, marquise Du Deffand

Aux Délices, 14 février [1762]

Il y a longtemps, madame, que le pédant commentateur de Pierre Corneille n’a eu l’honneur de vous écrire ; il faut que je vous dise une chose très consolante pour les femmes. Il y a dans mon voisinage de Genève une petite femme 1 qui a toujours été d’un tempérament faible : elle a eu hier cent quatre ans. Ses règles lui sont revenues il y a deux ans très régulièrement, et vous jugez bien que les plaisants lui ont proposé de se remarier 2. Elle aime trop sa famille pour donner des frères à ses enfants. La partie par où l’on pense ne s’est point affaiblie en elle : elle marche, elle digère, elle écrit, gouverne très bien les affaires de sa maison. Je vous propose cet exemple à suivre un jour.

Pour des hommes de ce caractère, je n’en connais point : Bernard de Fontenelle 3 n’était qu’un petit garçon auprès de ma Genevoise. Je souhaite à M. le président Hénault la centaine au moins de Fontenelle, mais je crois que Moncrif 4 nous enterrera tous . On dit que sa perruque est mieux arrangée et mieux poudrée que jamais. Tout ce qui me fâche, c’est qu’il ne fasse plus de petits vers ; c’est grand dommage. A propos de Moncrif, j’ai fait une perte considérable dans l’impératrice russe ; mais sur-le-champ j’ai pris l’impératrice-reine 5, et elle a souscrit pour mademoiselle Corneille, tout comme le roi de France. Il faut toujours avoir quelque tête couronnée dans sa manche. Mademoiselle Corneille, d’ailleurs, joue très joliment les soubrettes.

Si j’avais de plus grandes nouvelles, madame, je vous en dirais pour vous amuser ; mais vous avez la meilleure compagnie de Paris chez vous, et vous n’avez pas besoin de ce qui se passe au pied des Alpes.

Vivez, madame ; digérez, pensez, et même riez de toutes les sottises de ce monde, depuis l’inquisition de Lisbonne jusqu’aux pauvretés de Paris, et agréez mon tendre respect.

V. »

1 Sur Mme Lullin, née Fatio, voir lettre du 9 février 1759 à Mme Gallatin : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2014/03/03/i...

2 Depuis Ses règles … , la phrase manque dans la copie Wyart et conséquemment dans toutes les éditions suivantes .

3 Fontenelle était mort un mois avant son centième anniversaire .

4 Il mourra en 1770 à quatre-vingt-trois ans .

5 Marie-Thérèse d'Autriche .

 

Écrire un commentaire