Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2017

les lettres font la plus grande consolation de la vieillesse, après celle qu’on reçoit de l’amitié. Je vous avouerai qu’elles sont chez moi une passion

... Et considérant que les belles lettres comprennent la correspondance de Voltaire, je me permets de vous en faire profiter avec un plaisir toujours renouvelé .

 

 

«Au cardinal François-Joachim de Pierre de Bernis

Aux Délices 26 mai 1762 1

Je ne savais pas, Monseigneur, qu’ayant perdu madame votre nièce, vous aviez été encore sur le point de perdre sa sœur. Il y a deux mois que je n’éprouve, que je n’entends, et que je ne vois que des choses tristes, permettez-moi de compter vos douleurs parmi les miennes. Je vous avais marqué qu’un de mes chagrins était de ne pouvoir jouir de la consolation de m’entretenir avec Votre Éminence 2. Ce chagrin est d’autant plus fort que je n’ai aucune espérance de vous revoir . Il m’est impossible de me transplanter. Tout ce que me permet mon état de langueur est d’aller de Ferney aux Délices, et des Délices à Ferney, c’est-à-dire de faire deux lieues. Certainement vous ne viendrez pas à Genève ; aussi je n’ai que trop senti que je ne vous reverrais jamais. Je ne vous en serai pas moins tendrement attaché ; vos lettres charmantes, où se peint une très belle âme, et une âme vraiment philosophe, m’ont sensiblement touché. Je prendrai l’intérêt le plus vif à tout ce qui vous regarde jusqu’au dernier moment de ma vie. Je vous exhorte toujours à joindre à votre philosophie l’amour des lettres. Vous me paraissez faire trop peu de cas du génie aimable avec lequel vous êtes né. N’ayez jamais cette ingratitude. Vous joignez à ce génie un goût fin et cultivé qui est presque aussi rare que le génie même ; c’est une grande ressource pour tous les temps de la vie ; et je sens que les lettres font la plus grande consolation de la vieillesse, après celle qu’on reçoit de l’amitié. Je vous avouerai qu’elles sont chez moi une passion. Vous allez vous moquer de moi : mais je vous demande la permission de vous envoyer mon ouvrage de six jours, auquel vous m’aviez bien dit qu’il fallait travailler six mois.

J’ai grande envie que cette pièce soit ce que j’ai fait de moins mal, et je ne vois d’autre façon d’en venir à bout que de vous consulter. Vous n’avez vu que les matériaux ; vous verrez l’édifice : ce sera pour vous un amusement, et pour moi une instruction. Ayez la bonté de me faire savoir s’il faudra que j’envoie le paquet à Soissons. Je sais bien que les paquets passent par Paris ; mais une tragédie n’effarouchera pas votre ami Jannel 3.

Auriez-vous lu une réponse d’un jésuite de Lyon ou de Toulouse à l’abbé Chauvelin, intitulée Acceptation du défi  4? Il y a de la déclamation de collège, mais elle ne manque pas de raisons très fortes ; cette affaire est une des plus singulières de ce siècle singulier.

On n’est pas content de notre Dictionnaire  ; on le trouve sec, décharné, incomplet, en comparaison de ceux de Madrid et de Florence. Oserai-je vous prier de me dire si vous approuvez cette expression : donner de la croyance à quelque chose ? Le papier me manque pour vous dire à quel point j’aime et je respecte Votre Éminence.

V.

Puis-je vous dire que le roi m’a conservé la charge de gentilhomme ordinaire, et m’a fait payer d’une pension ? Je ne me croyais pas si bien en cour. »

1 Le dernier paragraphe a été écrit dans la marge du bas .

3 Intendant des postes .

 

Commentaires

Ah ! C'est pour cela que vous m'écrivez autant ? :))

Écrit par : lovevoltaire | 14/04/2017

Répondre à ce commentaire

Touché !
Coulé ;-)

- "Mais un examen attentif montre que les lettres sont moins importantes que l'amitié " dit l'avocat du diable .
- "Ouf !... merci maître "

De plus , Love, la consolation de la vieillesse est loin de vous être encore destinée .
Chère Love, c'est vrai, épistolairement parlant, je suis votre Thieriot, amicalement parlant je vous suis attaché comme jamais je ne l'aurais imaginé . Il n'est pas de jour sans que je pense affectueusement à vous . Je vous baise les mains .

Écrit par : james | 15/04/2017

Voilà que je confonds vos écrits avec ceux de notre ami Voltaire.
J'ai lu le sujet de l'article en pensant que c'est vous qui l'aviez écrit... d'où ma petite remarque :))

Désolée.

Il est vrai que je pense souvent à vous et malgré l'éloignement vous m'êtes tellement proche...

Je vous embrasse, Mister James.

Votre M'mazelle Wagnière.

Écrit par : lovevoltaire | 16/04/2017

Répondre à ce commentaire

Chère Love, ne soyez pas désolée , maintenant je suis flatté que vous m'ayez pensé l'auteur de quelques lignes écrites par notre grand homme préféré , et je dois vous avouer que votre interpellation m'a fait rire, - oui, j'avoue,- et culpabiliser en même temps car vous dites vrai, -mea culpa .

Bisou au petit lapin (de Pâques ) .
Encore plein de bonnes journées à vous Mam'zelle .

Écrit par : James | 17/04/2017

Écrire un commentaire