Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2017

alors il ne s’agit que de chercher la vérité et non de ménager les convenances

... Ce qu'a fait avec honneur Emmanuel Macron

http://www.20minutes.fr/societe/2105011-20170716-devoir-m...

 Des familles juives à Drancy lors de la rafle du Vel d'Hiv en 1942

 Tristement vrai, des sourires inconscients

 

 

« Charles Pinot Duclos

Aux Délices 23 août 1762

Je prie l’Académie de considérer que je n’ai pu employer d’autre méthode que celle de lui envoyer les premières idées des commentaires sur Corneille, afin qu’elle eût la bonté de les rectifier . Je les travaille avec soin quand elle a eu la bonté de me les renvoyer.

Il arrive quelquefois que, dans les ébauches que je lui soumets, je m’exprime trop naïvement, parce que alors il ne s’agit que de chercher la vérité et non de ménager les convenances. Je ne donne pas aussi toute l’étendue nécessaire à mes remarques, bien sûr que l’Académie m’entendra.

Je découvre souvent à la révision une centaine de vers dont j’avais négligé l’examen. Les fautes sont innombrables dans les pièces qui suivent Polyeucte . Le travail est souvent désagréable et ingrat. Cependant je suis beaucoup plus prodigue d’éloges que de critiques ; et on s’en convaincra aisément, si on veut bien jeter les yeux sur les remarques pages 318 et 319 1.

J’ajoute à cet envoi la traduction exacte de La conspiration de Brutus et de Cassius, ou de La Mort de César, que les Anglais préfèrent à Cinna. Je mets en parallèle cette pièce de Shakespeare et celle de Corneille. On sera peut-être étonné, et je crois que les nations verront qu’il y a quelque différence entre le théâtre français et le théâtre anglais.

J’espère que l’Académie et le public ne me sauront pas mauvais gré d’avoir exposé ces deux pièces de comparaison.

Je vous supplie, monsieur, de vouloir bien communiquer à l’Académie ces petites réflexions, et de me dire ce qu’elle pense de cette entreprise. Vous obligerez votre etc. »

1  Voltaire semble se référer aux pages des manuscrits envoyés à l'Académie ; voir dans Pompée, la remarque sur les vers « Ô soupirs ! Ô respects ! etc. »(voir page 471 : https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Voltaire_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Garnier_tome31.djvu/481

)

Écrire un commentaire